Environnement-Transport : Le plus du ferroviaire

5437685854_d630fceaff_b-
1149
Partager :

Au Maroc, le transport par rail a permis au secteur du transport d’éviter le rejet de 730.000 tonnes de GES

Le ferroviaire a permis au secteur du transport marocain d’éviter le rejet de 730.000 tonnes de gaz à effet de serre (GES), a affirmé le directeur général de l’Office national des chemins de fer (ONCF), Rabie Khlie, estimant que ce score devra être amélioré dans le futur.

“Nous venons de lancer un appel d’offre pour alimenter la traction des trains en énergie d’origine éolienne”, a indiqué le patron de l’ONCF dans un entretien accordé à “L’Economiste”. L’objectif de l’ONCF est d’atteindre les 75 %  d’électricité éolienne à terme, le reste étant la charge de l’Office National de l’Électricité et de l’Eau Potable (ONEE), a-t-il précisé, ajoutant que la consommation actuelle de son office est d’environ 240 Gwh par an, soit l’équivalent de la consommation d’une ville de taille moyenne.

“Au Maroc, nous nous orientons progressivement vers un système de transport urbain, où le ferroviaire constitue l’épine dorsale”, a-t-il souligné, faisant savoir qu’en vertu du plan Rail Maroc 2040, le pays va se doter d’un réseau maillé de grande qualité et une cinquantaine de projets nécessitant une enveloppe de 386 milliards de dirhams (MDH) sont programmés et vont couvrir le territoire national de chemins de fer.

Ces projets portent sur la couverture de 43 grandes villes de chemins de fer au lieu de 23 actuellement, soit l’équivalent de 87 % de la population marocaine, sans compter 15 aéroports internationaux et 12 ports, a-t-il poursuivi, relevant que la part du rail en matière de transport sera portée à 13 % au lieu de 8 %.

Durant la période allant de 2010 à 2015, l’ONCF a transporté 220 millions de voyageurs et 212 millions de tonnes de fret, ce qui a permis d’éviter la circulation de l’équivalent de 100 millions de voitures, 8 millions d’autocars, et 10.000 camions chargés par jour, a rappelé le responsable.