Le partage de connaissances entre les secteurs renforce l’adaptation au changement climatique

5437685854_d630fceaff_b-
182
Partager :

« Je crois et j’espère que l’eau deviendra une ressource pour tous, la transformant en une force formidable faisant preuve de notre intelligence collective et de notre solidarité » a déclaré Charafat Afailal, secrétaire d’État chargée de l’eau et de l’environnement du Maroc

Jusqu'à 70 % de l'eau est consommée par l'agriculture, contre 20 % par l'industrie et 10 % pour la consommation humaine. Le secteur agricole pourrait, grâce à une mise en commun des connaissances, suivre les meilleures pratiques mises au point dans divers domaines et appliquer des expériences partagées. « Il serait judicieux d’employer les leçons du monde entier, y compris celles des populations rurales traditionnelles d’Afrique ou d’Asie, qui peuvent transmettre leurs connaissances pour une gestion des ressources innovante, sagace et responsable, et préparer notre planète à lutter contre les assauts des variations climatiques. », explique Maggie White, responsable des politiques internationales de l’Institut international de l'eau de Stockholm (SIWI), coprésidente de l'Alliance pour l'adaptation mondiale de l'eau (AGWA) et membre de l’initiative #ClimateIsWater.

De son coté, Loïc Fauchon, président d'honneur du conseil mondial de l'eau (WWC) a indiqué que « des solutions techniques innovantes sont essentielles pour accéder à des solutions meilleures et moins coûteuses favorisant la sécurité hydrique mondiale». Il a également souligné que « l'obligation politique de coopération à tous les niveaux - du niveau local au niveau international en matière de gouvernance, de financement et de partage des connaissances - devrait se traduire par une efficacité accrue de la gestion intégrée des ressources en eau et devrait être complétée par une collaboration horizontale entre tous les secteurs, et notamment les 5 principaux : l’eau, l’énergie, l’alimentation, la santé et l’éducation. »

Le financement des infrastructures hydriques joue un rôle crucial dans l'atténuation et l'adaptation aux effets néfastes du changement climatique. Pour cela, les procédures doivent être simplifiées pour assurer un financement annuel de 255 milliards d'euros. La transition vers un savoir commun dans l’agriculture, l’énergie et l’eau est nécessaire pour assurer la sécurité alimentaire, pour maximiser les modèles d’énergie durable et réduire le stress hydrique. C’est l’unique réponse valable au changement climatique qui peut garantir l’eau, l’alimentation et l’énergie dans un monde durable résilient au changement climatique d’ici 2050.