Macron salue l’engagement du Maroc en faveur du climat

5437685854_d630fceaff_b-
108
Partager :

Le président français Emmanuel Macron a salué, ce mercredi 15 novembre à Bonn, l’engagement du Maroc en faveur du climat

Dans une déclaration devant les chefs d’État et de gouvernement au segment de haut niveau de la COP 23, en présence de la princesse Lalla Hasnaa qui représente le roi Mohammed VI, Macron a affirmé que «la lutte contre les dérèglements climatiques est l’un des combats majeurs de notre temps», saluant à cet égard "l’engagement du Maroc" qui a abrité la COP 22 et «qui continue à œuvrer sur le plan international en faveur du climat».

Se félicitant également de l’action de la présidence fidjienne de la COP 23, le chef de l’État français a appelé à des engagements clairs et fermes de la part de la communauté internationale pour enrichir le débat notamment au niveau scientifique afin d’éclairer les décisions des États. Il a incité à cet égard les pays européens à compenser le manque de financements du Groupe d'experts du climat de l'ONU (GIEC) lié au retrait américain.  "Je souhaite donc que l'Europe se substitue aux Américains et je veux vous dire que la France sera au rendez-vous", a-t-il déclaré.

Rappelant les mises en garde des scientifiques contre la dégradation de l’environnement, le président Macron a appelé à accélérer la mise en œuvre effective de l’accord de Paris en invitant les États, le secteur privé et les acteurs non-étatiques à prendre leurs responsabilités.

Il a également souligné l’impératif d’aider les pays les plus vulnérables à gérer l’impact des changements climatiques, appelant à fédérer les énergies et réunir un maximum de financements notamment à l’occasion du sommet international sur le climat qui aura lieu le 12 décembre prochain à Paris «pour être au rendez vous de la transition environnementale indispensable».

Au niveau européen, le président français a appelé à respecter l’engagement pris pour réduire les émissions des gaz à effet de serre et à favoriser la montée en puissance des énergies renouvelables.  Lors de la COP 23 sous la présidence des Iles Fidji, les pays cherchent à avancer dans l'élaboration du règlement d'opérationnalisation de l'accord de Paris qui vise à limiter la hausse de la température mondiale en-dessous de 2 degrés Celsius et à s'efforcer de ne pas dépasser 1,5 degré Celsius.

S’inscrivant dans la continuité de l’esprit de Marrakech, la présidence fidjienne de la COP23 place comme priorité la préservation du consensus multilatéral dégagé dans le cadre de l'accord de Paris pour des réductions substantielles des émissions de carbone, avec l’ambition de maintenir l'élan actuel pour la mise en œuvre de l’accord par le biais d’une série d’actions climatiques qui requiert l’implication de tous.