Présentation du livre blanc « Femmes Santé Climat suite à la COP22 » à Paris

5437685854_d630fceaff_b-
258
Partager :

Le livre blanc « Femmes Santé Climat suite à la COP 22 », fruit du travail de réseaux de femmes de la société civile, a été présenté lors d'une cérémonie organisée ce mercredi 8 mars à Paris par l’ambassade du Maroc en France, en présence notamment d’ambassadeurs accrédités à Paris, de l’administrateur de l’organisation internationale de la Francophonie (OIF) et des présidentes de ces réseaux.

Conscients des risques sanitaires liés aux changements climatiques, les réseaux féminins français "Femmes, Débats & Société", "Femmes & Développement Durable " et "Supplément d’Elles", s'étaient engagés dès 2015 avec la volonté commune de sensibiliser et de mobiliser à l’échelle internationale à l’occasion de la COP21, avec comme objectif de faire valoir un regard à la fois féminin et engagé.

Dans ce Livre, elles proposent des solutions pour contribuer au débat public par le lancement d’un appel pour alerter et mobiliser les acteurs et décideurs, et rechercher la mobilisation et l’action des pouvoirs publics et des instances concernées du monde économique, tout comme celles de la société civile et des citoyens, pour une meilleure prise en compte des risques sanitaires liés au changement climatique.

Lors de la COP21 à Paris, une conférence avait été organisée en décembre 2015 et le lancement de l’Appel a permis de recueillir des milliers de signatures.

Intervenant à cette occasion, l’ambassadeur du Maroc en France Chakib Benmoussa a souligné que l’initiative du livre blanc des femmes leaders en matière climat santé, constitue une belle illustration de cette action lancée dans le sillage de la COP21-COP22 en vue d’une mobilisation et d’une prise de conscience plus large face aux défis auxquels la planète tout entière est confrontée en matière des risques sanitaires liés aux changements climatiques.

Ce livre blanc représente également une contribution à l’action menée par des organisations internationales, des gouvernements et des différents acteurs concernés, a-t-il dit, saluant les associations françaises fondatrices de l’appel santé-climat, ainsi que les organisations marocaines œuvrant dans le cadre de l’action climatique, notamment la fondation Mohammed VI pour la Recherche et la Sauvegarde de l’Arganier et la coalition marocaine pour l'eau, qui se sont associées à cette initiative pour témoigner de l’action de la femme marocaine et de sa position en première ligne face à ce risque dont la réponse nécessite l’engagement et l’implication des acteurs étatiques et non-étatiques.

Soulignant que les enjeux en matière de Climat-Santé sont majeurs en termes de risques et d’impacts, l'ambassadeur a indiqué que dans son constat, l'OMS relève que le changement climatique, qui constitue une grande menace pour la santé mondiale au 21ème siècle, accentuera l'impact de la pollution de l'air, et entrainera des pertes en vies humaines se chiffrant à plusieurs millions de personnes avec dommages directs pour la santé estimés entre 2 et 4 milliards de dollars par an d’ici 2030.

Evoquant les actions menées au cours de ces deux dernières années conjointement avec les présidences française et marocaine de la COP21 et de la COP22,  Benmoussa a précisé qu’elles ont eu le mérite d’élargir la prise de conscience, de renforcer la mobilisation internationale autour de la question climat-santé et qu'elles ont abouti au lancement d’une série d’initiatives dont l’initiative mondiale sur la santé, l’environnement et les changements climatiques.

Elles ont pu également aboutir a l’édification d’une nouvelle feuille de route, consolidée par de nombreux instruments internationaux dont le programme de développement durable à l’horizon 2030 et l’Accord de Paris sur les changements climatiques, a-t-il dit, notant que le Maroc a contribué au lancement de cette nouvelle alliance en marge de la COP22 en partenariat avec l’OMS et les pays partenaires, avec pour objectif de garantir un environnement sain et une santé meilleure.

Et de conclure que dans la continuité de son action, le Maroc, en tant que pays assurant la présidence de la COP22, lance un appel en faveur de nouvelles contributions en perspective de la présidence montante de la COP23, qui sera assurée par les Iles Fidji.  

 

lire aussi