Exécution de l’otage français : Mobilisation du réseau Anavad à Paris samedi

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couv-decapitation

Alors qu'une manifestation devait avoir lieu aujourd’hui, le 25 septembre, à Tizi-Ouzou, pour réclamer la libération d’Hervé Gourdel, le ressortissant français enlevé en Kabylie par un groupe terroriste sous couvert de Daech et dénoncer l’autorité algérienne « qui instrumentalise le terrorisme en Kabylie » comme l’a déclaré l’agence kabyle d’information, SIWEL, l’exécution d'Hervé Gourdel a été annoncée hier, 24 septembre.

Soulevant une consternation générale, l’assassinat de l’otage français a poussé le réseau Anavad (réseau qui soutient le gouvernement provisoire kabyle en exil) à organiser un rassemblant d’urgence, invitant les kabyles en France à se mobiliser afin de « dénoncer l’assassinat d’Hervé Gourdel par les terroristes islamistes avec la complicité des services algériens » accusant « le régime algérien de livrer la Kabylie à l'insécurité servant de prétexte à l’occupation militaire du territoire kabyle.»

« Tout en soupçonnant les services algériens d’être derrière cette affaire, comme derrière l’assassinat du footballeur de la JSK, Albert Ebossé, il y a un mois, dans le but de porter atteinte à l’image des Kabyles, ceux-ci se mobilisent pour dénoncer le machiavélisme de la clique qui règne en Algérie au nom de Bouteflika. L'état algérien est le seul responsable de cette dégradation de la situation chez nous, ainsi que de la fin tragique du ressortissant français Hervé Gourdel » a déclaré, en exagérant sans doute un peu, Ahmed HADDAG, Président du réseau Anavad et ministre des institutions du gouvernement provisoire Kabyle en exil, dans l’appel qu’il a adressé à la communauté Kabyle résidante en France. 

Par ailleurs, les militaires algériens chargés de retrouver l’otage français dans la région de Tizi Ouzou, ont blessé trois jeunes algériens, hier soir. « Les trois victimes étaient à bord d’une fourgonnette et avançaient lentement, phares éteints, à cause d’une panne mécanique. Les militaires embusqués leur ont tiré dessus» a déclaré une source locale au site algérien d’information TSA.

lire aussi