L’UNESCO demande des réponses à l’Egypte sur la destruction de la pyramide de Djoser

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

IMGP1044

La reconstruction de la pyramide à degrés de Djoser fait jaser depuis le 17 septembre. Aujourd’hui 25 septembre, l’UNESCO demande à l’Egypte de s’expliquer là-dessus. Elle réclame un rapport « détaillé » sur la rénovation de cette pyramide vieille de 4 600 ans.

Endommagée ou réhabilitée ? « Vous avez vu la pyramide de l’intérieur. Elle n’est pas détruite, elle n’est pas en danger, les travaux de restauration se déroulent sans problème. » Le ministre égyptien des Antiquités Mamdouh al-Damati critique les médias du pays pour avoir fait véhiculer ce qu’il considère comme étant « des rumeurs ». Pourtant, les photos qui circulent depuis le 17 septembre montrent l’état de délabrement de la pyramide. Elles expliquent comment le projet est parti de l’idée d’une réhabilitation, pour virer après vers celui d’une destruction à cause du non-respect des normes. Les médias égyptiens pointent du doigt un projet de réhabilitation de la pyramide qui n’est pas fait dans le respect des règles de reconstruction. Même son de cloche du côté des ONG, elles critiquent virulemment des travaux qui ne laissent rien de l’aspect originel de la pyramide. Elles estiment qu’ « il y a une énorme différence visuelle entre la partie (de la pyramide) qui a déjà été restaurée et le reste du monument. » Marwa Al-Zeiny est spécialiste de la restauration d’antiquités. Pour enlever toute incompréhension de ce qui se passe sur le site de la pyramide, elle préconise de mettre en place « un comité d’experts internationaux indépendants » qui peuvent évaluer les travaux « et décider si la pyramide est en danger ou non ».

L’UNESCO s’en saisit

Suite à cette polémique qui a duré près d’une semaine, l’UNESCO demande aujourd’hui à avoir des éléments de réponse sur la validité ou non des travaux en court à Djoser. Elle réclame aux autorités égyptiennes un rapport « détaillé » là-dessus. En 2011, des recommandations d’experts ont été émises pour envisager une réhabilitation de la pyramide, dans les normes nécessaires. L’UNESCO voudrait aujourd’hui consulter les documents affirmant si ces recommandations avaient été prises en considération avant le lancement du chantier. Il s’agit de vérifier si les travaux sur la stabilité de la structure de la pyramide ont été effectués comme prévu, en vue de commencer la réhabilitation sans menacer la pyramide.