L’Ukraine envisage de fermer ses frontières avec la Russie et d’intégrer l’UE

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

Porochenko

Le président ukrainien Petro Porochenko a exprimé ce 25 septembre les intentions de Kiev pour fermer ses frontières avec la Russie. Il a affirmé aussi ses ambitions pour que l’Ukraine intègre l’Union Européenne à l’horizon 2020.

Il n’a pas beaucoup été entendu sur le conflit en Ukraine, mais aujourd’hui, il envisage de reprendre les choses en main avec de nouvelles décisions. Le président Petro Porochenko a décidé de la fermeture des 2 300 Km frontaliers de son pays avec la Russie. Le décret de la décision explique que celle-ci a été motivée par « l’ingérence continue de la Fédération de Russie dans les affaires intérieures de l’Ukraine. » Par la même occasion, le président Porochenko a déclaré aujourd’hui dans une réunion qu’il présenterait « un programme de réformes dont la mise en œuvre permettra à l’Ukraine de déposer dans six ans une demande d’adhésion à l’Union européenne. »

Une autre annonce qui n’est pas encore officielle. Toutefois, le chef d’Etat l’a déjà relayée sur Twitter : son gouvernement devra renoncer officiellement au statut de non-aligné de l’Ukraine. Lequel, représente une mesure datant de la période soviétique dans la région. Cette décision donne la possibilité au pouvoir de Kiev de prévoir son adhésion à l’OTAN.

Guerre froide : l’Histoire se répète

Plus qu’un alignement sur la vision européenne dans la gestion de ce conflit, cette décision peut ouvrir la voie vers une scission de plus en plus probable en Ukraine. Elle risquerait de raviver plus de tentions avec le pouvoir prorusse de la république populaire autoproclamée de Donetsk. L’Ukraine pourrait-elle se retrouver avec un bloc de l’Est dans la région de la Crimée, allié au pouvoir du Kremlin, puis avec un bloc de l’Ouest dépendant du pouvoir central de Kiev qui penche vers l’Europe et les alliés de l’OTAN ? Ce scénario n’est pas confirmé mais il devient de plus en plus probable. Il rappelle le développement du rapport de force entre l’ex-URSS et les Etats-Unis, ayant fini par donner lieu aux deux blocs (socialiste et libéral) à l’époque de la guerre froide. D’ailleurs, le dernier président de l’URSS Mikhaïl Gorbatchev a préalablement mis en garde sur le virage de guerre froide que prend le conflit en Ukraine. Dans une interview datée du 17 septembre pour la Radio et Télévision Suisse (RTS), l’ancien dirigeant soviétique a fustigé l’implication de l’UE et de l’OTAN dans le conflit de la région : « l’OTAN veut toujours prouver qu’elle a sauvé leur monde. Et ils veulent, à l’OTAN, faire en sorte que partout, sur tous les territoires, on leur obéisse. Ils disent : pour la paix. Mais, en fait, ils veulent simplement avoir une influence universelle sur la politique de tous les pays. » Le scénario de scission en Ukraine est d’autant plus probable, avec le rejet par les rebelles prorusses de la Crimée l’offre de statut spécial pour les régions séparatistes. La proposition a été votée au Parlement de Kiev et initiée par le président Petro Porochenko.

lire aussi