Malala Yousafzai et Kailash Satyarthi décrochent le Prix Nobel de la paix 2014

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couv-Kailash-Satyarthi

Elle était pressentie par tous pour le remporter. Ce matin, Malala Yousafzai s’est vue attribuée le Prix Nobel de la paix, conjointement avec Kailash Satyarthi

A l’âge de quatorze ans, la jeune Pakistanaise avait miraculeusement échappé à un assassinat. En route vers l’école, des membres des Talibans avaient arrêté le bus qui transportait Malala Yousafzai avec d’autres écoliers. Ils ont demandé après elle puis l’ont visée d’une balle dans la tête. Yousafzai était connue dans sa région pour tenir un blog où elle partageait son engouement pour l’enseignement et l’éducation des filles. Aujourd’hui à dix-sept ans, c’est son combat et ses nombreuses actions entreprises dans le cadre du Fond Malala pour l’éducation qui ont été récompensés par le Prix Nobel de la paix. Même après son attaque visée de toute évidence, Malala Yousafzai avait continué à œuvrer pour l’enseignement des enfants dans les régions pauvres à travers le monde. Son attaque l’a vraisemblablement rendue déterminée à combattre l’ignorance plus que jamais : « Les talibans ont pensé que la balle qui m’a touché nous pousserait à nous taire, mais ils ont eu tort. Au lieu du silence, une clameur s’est élevée. Ils ont pensé changer mes objectifs et mes ambitions, mais une seule chose a changé : la faiblesse, la peur et le désespoir ont disparu et le courage et le pouvoir sont nés. Je suis la même Malala. Mes ambitions, mes rêves et mes espoirs sont les mêmes ». Dans son discours à l’ONU en juillet 2013, Malala Yousafzai avait adressé un message clair à la communauté internationale en faveur de son combat : « Les talibans voulaient nous détruire. Les extrémistes ont peur des livres et des stylos. Nos livres et nos stylos sont nos armes les plus puissantes. Un enseignant, un livre, un stylo, peuvent changer le monde. » La même année, la Pakistanaise racontait son histoire et le combat quotidien de milliers d’enfants pour aller à l’école dans une autobiographie, intitulée Moi, Malala je lutte pour l’éducation et je résiste aux talibans.

Aux yeux de Malala Yousafzai, lutter pour l’éducation est une libération des générations futures. Cette libération se fait également à travers la lutte contre l’esclavage et le trafic des enfants. C’est justement ce pourquoi l’Indien Kailash Satyarthi a été distingué à son tour par le Prix Nobel de cette année : « C’est un honneur pour tous ces enfants qui souffrent toujours de l’esclavage, du travail forcé et du trafic humain », a-t-il annoncé après sa consécration. Kailash Satyarthi est connu en Inde pour militer contre le trafic des enfants. Le militant a, pour le comité Nobel, fait preuve de « courage en menant des manifestations pacifiques contre l’exploitation des enfants pour des motifs financiers ». Dans la même lignée que Gandhi, Satyarthi prône un mouvement de non-violence et a été à la tête de plusieurs manifestations pacifistes en Inde. Il y a combattu l’exploitation des enfants et des femmes esclaves des usines indiennes, où ils sont victimes de violences, y compris sexuelle.

Chaque année, le comité Nobel décerne un prix pour différentes disciplines. Cette année, la distinction conjointe de Malala Yousafzai et de Kailash Satyarthi par un Prix Nobel de la paix est perçue comme salvatrice. En effet la communauté internationale a longtemps vu ce prix décerné à des dirigeants politiques. Mais ces derniers n’avaient pas souvent tenu leurs engagements de maintien de la paix dans le monde, après leurs distinctions.