Un Journaliste allemand dévoile les techniques de la CIA pour manipuler les médias

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couv-Ulfkott-ski

« Nous vivons dans une république bananière et plus dans un pays démocratique où l’on est sensé avoir la liberté de la presse et les droits de l’homme»

Udo Ulfkotte, ancien rédacteur en chef du Frankfurter Allgemeine Zeitung, l'une des principales publications allemandes, à dévoilé lors d’une interview accordée à la chaine d’information russe RT à quel point les journalistes des divers médias occidentaux étaient étroitement surveillés et encadrés par les agences de renseignement.

« Je suis journaliste depuis 25 ans et on m’a appris à mentir et trahir et non pas à dire la vérité au public » a-t-il déclaré ajoutant :« Constatant ces derniers mois, combien de ces messieurs dans les médias américains tentent d’amener les gens à la guerre contre la Russie en Europe, c'est pour moi un point de non-retour, je vais me lever et dire que ce que j’ai fait dans le passé n’est pas juste : manipuler les gens en faisant de la propagande contre la Russie. Ce que mes collègues font et ont fait dans le passé est mal, car ils sont soudoyés pour trahir le peuple, non seulement en Allemagne mais dans toute l'Europe. »

Il est clair qu’en jetant un coup d’œil sur les messages véhiculés par les médias occidentaux ces derniers mois, on se rend compte que l’atmosphère était généralement antirusse. Pas un des principaux médias occidentaux en Europe ou en Amérique n’a daigné décrire la crise Ukrainienne avec objectivité. Pour la majorité des gens en Occident, grâce à l’information biaisée transmise par les grands médias, on présentait la Russie comme « une puissance expansionniste violant l’intégrité territoriale de l’Ukraine en s’accaparant illégalement la Crimée ». En écoutant Udo Ulfkotte on comprend mieux pourquoi ces médias s’exprimaient d’une seule voix ne laissant aucune place à la discussion.

S’exprimant sur la sortie de son livre Gekaufte Journalisten (Journalistes achetés) Udo Ulfkotte détaille comment les agences de renseignements, notamment la CIA, manipulent les médias déclarant que le «Frankfurter Allgemeine Zeitung sert comme une prostituée les intérêts de Washington en manipulant ses lecteurs au profit des États-Unis » grâce aux travail de multiples organisations pilotées depuis Washington, comme l’Atlantic Bridge, la Commission trilatérale, le German Marshall Found, l’American Council on Germany, l’Aspen Institute, etc. Ses déclarations ont été depuis confirmées par Willy Wimmer, ex-secrétaire d’Etat du ministère allemand de la défense, qui a accusé le département d’Etat américain d’ingérence dans le travail de la presse allemande.

Le journaliste allemand continue et déclare « Nous vivons dans une république bananière et plus dans un pays démocratique où l’on est sensé avoir la liberté de la presse, les droits de l’homme. Si vous observez les médias allemands qui, jour après jour, écrivent contre la Russie, ils sont dans des organisations transatlantiques et sont supportés par les États-Unis dans leur action. Moi, je suis devenu un citoyen honoraire de l’État de l’Oklahoma juste parce que j’écrivais des articles pro-américains. J’étais soutenu par la CIA parce que je devais être pro-américain. Je n’en peux plus donc je viens d’écrire un livre, non pas pour gagner de l’argent, cela va plutôt me causer beaucoup de problèmes, mais juste pour donner aux Allemands, aux Européens, aux gens dans le monde entier, un aperçu de ce qui ce passe en coulisse »

Udo Ulfkotte explique également comment le système fonctionne grâce au concept « Non Official Cover » qui permet aux deux parties de récolter les fruits du partenariat, tout en leur donnant en même temps la possibilité d’un déni plausible. La CIA va trouver des jeunes journalistes pour les encadrer. Soudain, les portes s'ouvriront, les récompenses seront données, et avant que vous vous en rendiez compte, vous leur devez toute votre carrière. « La plupart des journalistes que vous voyez dans les pays étrangers se proclament journalistes, et ils peuvent l’être, qu’ils soient européens ou américains, mais beaucoup d’entre eux, comme moi par le passé, servent en faite de non-official cover [couverture non-officielle], comme les appellent les Américains. J’ai été non-official cover. Qu’est-ce que cela signifie ? Vous travaillez pour une agence de renseignement, vous les aidez parce qu’ils le veulent, mais quand vous êtes capturés ou qu’il se révèle que vous êtes un espion et non un simple journaliste, ils ne diront jamais, au grand jamais que vous étiez l’un des leurs. Ils ne vous connaîtront plus. Voila ce que signifie non-official cover. Je les ai aidés à de multiples occasions et aujourd’hui j’en ai honte. » Selon lui, ces méthodes ne s’appliquent pas seulement pour l’Allemagne mais également pour les journalistes Anglais, Israéliens, Français et même ceux des pays arabes tels que la Jordanie ou Oman dont beaucoup sont de simples marionnettes de la CIA.

L’exemple le plus frappant qu’il donne de la manipulation est le suivant : « parfois, les agences de renseignement viennent dans votre bureau et veulent que vous écriviez un article. Voici un exemple qui vient de ma propre expérience. J’ai oublié l’année. Des agents du BND [Bundesnachrichtendienst, les services de renseignement allemands], qui n’est qu’une organisation sœur de la CIA et qui d’ailleurs a été fondée par les agences de renseignement américaines, sont un jour venus dans mon bureau au FAZ. Ils voulaient que j’écrive un article sur la Libye et le Colonel Kadhafi. Je n’avais aucune information à propos de Kadhafi et la Libye, mais ils voulaient juste que je signe de mon nom l’article qu’ils avaient préalablement écrit. C’est un article qui a été publié dans le FAZ et qui venait originellement du BND. Pensez-vous vraiment que c’est cela le journalisme, des agence de renseignement qui écrivent des articles. »

Udo Ulfkotte ne nie pas qu’il a été lui-même une victime consentante des méthodes des agences de renseignement, mais a le courage aujourd’hui de les dénoncer au prix de sa carrière et de sa propre sécurité. Certains crieront au complot conspirationniste et accuseront le journaliste de faire de la propagande pro-russe étant donné que l’interview a été diffusée par la chaine russe RT. Mais il ne s’agit pas de conspiration dans ce cas là, il s’agit de faits établis.

https://www.youtube.com/watch?v=yp-Wh77wt1o#t=10