Coronavirus : l’Égypte, l’Algérie et l’Afrique du Sud les plus menacés, Le Maroc risque modéré

5437685854_d630fceaff_b-
181
Partager :

Quel sera le premier pays africain touché par le coronavirus ? A la date du dimanche 9 février, 24 pays ont notifié à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) des cas d’infection par le 2019-nCoV importés de Chine mais aucun cas n’a encore été confirmé sur le continent africain, rapporte le quotidien français Le Monde.  Néanmoins, la Chine étant le premier partenaire commercial de l’Afrique et du fait des nombreuses liaisons aériennes existant entre Pékin et le continent, la préoccupation est grands vis-à-vis d’une possible introduction de ce nouveau coronavirus aisément transmissible.

Il apparaît que le risque d’importation du 2019-nCoV est très hétérogène selon les pays et que les plus susceptibles de découvrir sur leur territoire un cas importé ne disposent pas tous de la même capacité à y répondre. Le spectre d’une épidémie dans un pays au système sanitaire en pleine construction est en effet source d’inquiétude forte, ajoute le journal.

Or, selon une modélisation, un groupe de trois États se situe dans le trio de tête des pays les plus menacés par une arrivée du virus : l’Égypte, l’Algérie et l’Afrique du Sud. Ils sont suivis d’un second groupe constitué, lui, du Nigeria et de l’Ethiopie.

Selon Le Monde, les chercheurs ont estimé Le risque en s’appuyant sur les données du trafic aérien Chine-Afrique au cours de l’année écoulée, sur le nombre de cas confirmés et la taille de la population dans chacune des provinces chinoises. Les auteurs ont pris en compte ces données d’incidence et les trois aéroports ayant le plus gros trafic aérien dans chaque province. Puis ils ont calculé la probabilité pour une ville chinoise d’être le point de départ d’une personne infectée pour chacun des pays africains sachant qu’il existe des relations privilégiées entre certaines provinces chinoises et différents pays d’Afrique. Ce qui a montré que l’Egypte, l’Algérie et l’Afrique du Sud sont les trois pays sont les plus exposés à l’importation du 2019-nCoV par le biais aérien.

Égypte, Algérie et Afrique du Sud, note encore Le Monde, présentent des aptitudes de réponse allant de « modéré » à « élevé ». L’Egypte a ainsi un index de capacité à 87 sur 100 et un index de vulnérabilité à 53 ; l’Algérie obtient 76 en capacité et 49 en vulnérabilité et l’Afrique du Sud, elle, possède un index de capacité de 62 et un indice de vulnérabilité de 69.

Dans le classement selon le risque décroissant d’introduction du nouveau coronavirus, deux pays fortement peuplés : le Nigeria et l’Ethiopie, avec des capacités modérées (respectivement 51 et 67) couplées à une vulnérabilité élevée (respectivement 27 et 38). Ce qui les place juste après le trio de tête.

Un troisième groupe comprenant le Maroc, le Soudan, l’Angola, la Tanzanie, le Ghana et le Kenya, ont des populations relativement similaires en nombre et un risque d’importation modéré. Cependant, l’index de capacité varie entre eux de 34 (Kenya) à 75 (Maroc) et ces pays possèdent un indice de vulnérabilité globalement bas (inférieur à 46), reflétant une faiblesse importante, à l’exception du Maroc (vulnérabilité évaluée à 56).