Entrée en fonction de Tebboune à l’ombre du générale Gaïd Salah, la continuité dans la continuité

5437685854_d630fceaff_b-
474
Partager :

Vainqueur mal élu de la présidentielle contestée du 12 décembre en Algérie, et considéré comme illégitime par le puissant mouvement de contestation, Abdelmadjid Tebboune est entré en fonctions jeudi en prêtant serment lors d'une cérémonie solennelle près d'Alger.

Main droite sur le Coran, M. Tebboune a prononcé la longue formule prévue par la Constitution, jurant notamment de "respecter et de glorifier la religion islamique, de défendre la Constitution, de veiller à la continuité de l'Etat", mais aussi "d'agir en vue de la consolidation du processus démocratique, de respecter le libre choix du peuple".

Elu au 1er tour le 12 décembre, M. Tebboune, 74 ans, succède formellement à Abdelaziz Bouteflika, contraint à la démission en avril par un mouvement ("Hirak") populaire inédit de contestation du régime. Un prédécesseur, dont il fut un fidèle et pour lequel il n'a pas eu un mot. N’empêche et quelles que soient les artifices, il représente la continuité dans la continuité.  

Tout juste investi, M. Tebboune a, à nouveau, tendu une main tiède au Hirak, qu'il avait déjà, immédiatement après son élection, invité au "dialogue" pour bâtir une "Algérie nouvelle".

Mais le mouvement, qui agite l'Algérie depuis dix mois, lui avait opposé en masse une fin de non recevoir dans la rue, affirmant considérer M. Tebboune "illégitime".

"Je renouvelle mon engagement de tendre la main à tout le monde" pour mettre en œuvre les revendications du Hirak "dans le cadre d'un consensus national", a déclaré jeudi M. Tebboune, réitérant son intention de modifier la Constitution.

Filiation 

Le texte sera amendé "dans les mois" ou "semaines à venir" et cette modification sera "la pierre angulaire de l'édification d'une nouvelle République", a-t-il assuré.

Elle "réduira les pouvoirs du président de la République, protégera le pays contre le pouvoir d'un seul, garantira la séparation et l'équilibre des pouvoirs", a-t-il notamment promis, devant un parterre de dignitaires, dont un vaste carré de hauts gradés, au premier rang desquels le général Ahmed Gaïd Salah, 79 ans.

Chef d'état-major de l'armée, il est le visage du haut commandement militaire, pilier du régime qui a assumé la réalité du pouvoir depuis la démission de M. Bouteflika et a catégoriquement rejeté toutes les revendications de la contestation.

Les promesses de M. Tebboune semblent bien en deça des exigences de la contestation qui réclame notamment une Constitution totalement nouvelle, reprochant à l'actuelle d'avoir été taillée et retaillée à la mesure de M. Bouteflika.

Et qui, surtout, refuse que le "système" au pouvoir en Algérie depuis son indépendance en 1962 se charge lui-même de se réformer, mais exige son remplacement par des institutions de transition.

Longtemps ministre de M. Bouteflika, puis son éphémère Premier ministre en 2017, M. Tebboune était depuis en disgrâce. Mais, pour le Hirak, ce fonctionnaire de carrière et authentique apparatchik reste un pur représentant du "système".

Le nouveau président a assumé cette filiation en décorant, à l'issue de la cérémonie, de la plus haute dignité (Sadr) dans l'Ordre national du Mérite, Abdelkader Bensalah, qui assurait l'intérim depuis la démission de M. Bouteflika, bien au-delà du délai constitutionnel de 90 jours.

Mais aussi, "à titre exceptionnel" le général Gaïd Salah, alors que cette dignité n'était jusqu'ici attribuée qu'aux chefs de l'Etat.

 "M. le président" 

Dans son discours, M. Tebboune, qui a fait une entreé en fonction à l’ombre du généralissime Gaïd Salah, lui a rendu un hommage appuyé "pour son rôle important" ces derniers mois dans la préservation "de la stabilité du pays et de sa sécurité".

S'il respecte la tradition, le nouveau président devrait annoncer dans la journée le nom du Premier ministre chargé de lui proposer un gouvernement : le passé et la personnalité de celui-ci seront scrutés par le "Hirak".

Après son élection, M. Tebboune avait promis à la jeunesse --épine dorsale de la contestation, dans un pays où les moins de 30 ans représentent plus de 53% de la population-- un nouveau gouvernement comptant "des ministres jeunes ne dépassant pas les 26-27 ans".

Soucieux de dépoussiérer son image, il a aussi fait savoir jeudi que serait retiré le titre "excellence", traditionnellement accolé à celui de président de la République, et dit souhaiter être appelé simplement "M. le président".

La situation est pourtant urgente : l'incertitude politique et les enquêtes judiciaires ayant envoyé sous les verrous d'importants hommes d'affaires, accusés d'avoir profité illégalement de leurs liens avec l'entourage de M. Bouteflika, ont aggravé une situation économique déjà difficile.