L’exercice militaire américain “Flintlock 2018” inquiète l’Algérie

5437685854_d630fceaff_b-
787
Partager :

L’exercice militaire « Flintlock 2018 », organisé chaque année depuis 2005, a été lancé lundi dernier au Niger

Pour cette année 2018, il a lieu dans la base américaine d’Agadez (au Niger). Huit pays sahéliens y prennent part notamment les membres du G5 Sahel (Mali, Niger, Mauritanie, Tchad et Burkina Faso).

Selon les Etats-Unis, le but de cet exercice militaire est de préparer les armées des pays du Sahel à la lutte contre les groupes armés affiliés à Aqmi et l’EI.

Cependant, nos voisins de l’Algérie ne semblent pas convaincus par les raisons avancées et parlent de « prétexte ». En effet, le site Algérie 1 écrit : « Au Niger et sous prétexte de renforcer les capacités militaires des armées sahéliennes dans leur lutte contre les groupes terroristes et dans le cadre du G5-Sahel, des soldats américains ont rejoint l’armée du Niger ».

Par ailleurs, « Flintlock 2018 », qui se tiendra jusqu’au 20 avril prochain, connaîtra également la participation d’une vingtaine de pays africains et occidentaux. En dehors du Niger, le Burkina et le Sénégal accueilleront une partie des opérations dirigées par Africom (commandement des Etats-Unis pour l’Afrique), selon un communiqué du département d’Etat.

Un total de 1900 militaires de 20 pays d’Afrique et d’Europe prennent part à cet exercice militaire. Le gouvernement américain s’est engagé pour une enveloppe de 60 millions de dollars dans le cadre de l’opération de mobilisation des fonds en faveur de la brigade antiterroriste régionale.

Concernant le G5, le général Marcus Hicks a confié à RFI que « le G5 Sahel a récemment lancé ses premières opérations. Du point de vue de l’armée américaine, nous aurons des occasions de coopérer avec chaque pays membre en lui apportant formation et assistance. Nous restons flexibles et réactifs pendant que le G5 Sahel poursuivra ses opérations ».