''L'architecture de Frank Lloyd Wright au XXe siècle'' au patrimoine mondial de l'humanité

5437685854_d630fceaff_b-
58
Partager :

Washington - Le Comité du patrimoine mondial, réuni en sa 43e session à Bakou, en Azerbaïdjan, a décidé par consensus, dimanche, d’inscrire un ensemble de huit chefs-d’œuvre de l’architecte américain Frank Lloyd Wright (1867-1959), dont le célèbre musée de Guggenheim à New York, en un site unique du patrimoine mondial de l’humanité.

Conçus et construits lors de la première moitié du 20e siècle aux Etats-Unis, ces bâtiments "témoignent de « l'architecture organique », élaborée par Wright, qui se caractérise notamment par un plan ouvert, un estompement des limites entre l'extérieur et l'intérieur et l'emploi inédit de matériaux tels que l'acier et le béton", indique l'Unesco dans un communiqué, notant que ces œuvres "ont eu un fort impact sur le développement de l'architecture moderne en Europe".

Le département d’Etat, qui a salué cette décision, a souligné que les œuvres de Lloyd Wright deviendront le 24e site des États-Unis sur la Liste du patrimoine mondial. 

L’ensemble des œuvres, intitulé "L'architecture de Frank Lloyd Wright au XXe siècle", est la première inscription du patrimoine mondial aux États-Unis dans le domaine de l'architecture moderne, précise le département d’Etat dans un communiqué. 

Outre le musée Guggenheim, les huit bâtiments comprennent l’Unity Temple à Oak Park, dans l’Illinois; la Maison Frederick C. Robie à Chicago (Illinois); Taliesin dans Spring Green, (Wisconsin); la maison Hollyhock à Los Angeles (Californie); Fallingwater à Mill Run (Pennsylvanie); la maison Herbert et Katherine Jacobs à Madison (Wisconsin); et Taliesin West à Scottsdale (Arizona). 

Sélectionnés parmi plus de 400 œuvres conçues par Wright, chacun des huit bâtiments, conçus et construits sur une période de 54 ans (1905-1959), remplit de nombreuses fonctions, notamment des espaces résidentiels, religieux, de travail et muséal. Ensemble, les bâtiments illustrent l’influence de Wright sur le cours de l’architecture à travers le monde, souligne la diplomatie américaine.

"L’architecture de Frank Lloyd Wright du XXe siècle" rejoint 23 autres sites du patrimoine mondial, naturels et culturels aux Etats-Unis, qui reflètent une valeur universelle exceptionnelle, notamment Mesa Verde, Yellowstone, le Grand Canyon, les Everglades, les Great Smoky Mountains, Monticello et l'Université de Virginie et les missions de San Antonio, selon le communiqué qui rappelle que les États-Unis étaient l'un des principaux architectes de la Convention du patrimoine mondial, un traité international créé en 1972 pour promouvoir la conservation et la préservation d'importants sites naturels et culturels.