La Mauritanie déclare sa frontière avec l'Algérie zone militaire

5437685854_d630fceaff_b-
2031
Partager :

C'est une décision radicale que vient de prendre le gouvernement mauritanien en déclarant sa frontière avec l'Algérie "zone militaire", qui plus est, interdite aux civils. Et d'ajouter que "toute personne circulant ou transitant dans cette zone sera traitée comme cible militaire"

"Le ministère de la défense nationale porte à la connaissance de l'ensemble de la population, et en particulier celle résidant ou visitant le nord de la Mauritanie, que la zone définie ci-après est une zone militaire: quadrilatère compris entre Cheggat au nord-est, Ain Ben Tili, au nord-ouest, Dhar Tichitt  au sud-ouest et Lemreyya au sud", a fait savoir le ministère dans un communiqué.

Cette interdiction aura pour conséquence de stopper les échanges et déplacements fréquents entre les populations de Tindouf et celles des régions nord-mauritaniennes  qui échangent des produits alimentaires.

Par ailleurs, cette région connaît un flux de trafics nombreux de contrebandiers, de drogues, entre autres. D'ailleurs, les autorités mauritaniennes ont justifié leur décision par le fait qu'il est impossible de distinguer les paisibles citoyens des trafiquants.

En 2005, une attaque du GSPC algérien contre une unité de l'armée mauritanienne avait fait 15 morts, 2 disparus et 17 blessés dans les rangs de l'armée mauritanienne. Plus récemment, des Mauritaniens avaient été capturés par l'armée algérienne qui les accusait d'être introduits dans le territoire algérien. Les Mauritaniens ont, bien entendu, nié ces accusations. C'est dire que les relations entre l'Algérie et la Mauritanie sont déjà très tendues.