Le nouveau premier ministre de la « RASD », un ancien terroriste ?

5437685854_d630fceaff_b-
631
Partager :

Le nouveau premier ministre de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD), Mohamed Ouali Akeik, ferait apparemment partie des sept auteurs d'attentats terroristes commis contre des citoyens espagnols sur le site de Phosboucraa à Laayoune en octobre 1974

Ces attaques des membres du Polisario à Phosboucraa avaient entraîné la mort de soldats et l'enlèvement de citoyens espagnols. Elles ont eu lieu à Laâyoune entre 1974 et 1976. Le front avait attaqué les bandes transporteuses dans le but d'arrêter l'exploitation des phosphates. Le Polisario s'était également livré à de violentes attaques contre des navires de pêche espagnols, l'armée marocaine et des ressortissants français.

Le ciblage des citoyens espagnols par le Polisario s'est poursuivi pendant les années 1980 et a coûté la vie à 300 civils, selon le site d'information espagnol « La Opinion de Tenerife », qui donne un compte rendu détaillé des attaques et des noms des victimes.

Après le retour du Sahara à la souveraineté du Maroc en 1975, le Polisario a utilisé l'assassinat de civils espagnols pour faire pression sur l'Espagne et le sanctionner pour avoir signé un accord de pêche avec le Maroc en 1976 reconnaissant tacitement le territoire marocain. Selon le site espagnol « El Confidencial », 300 citoyens espagnols, dont la plupart travaillaient à Laâyoune, avaient perdu la vie suite aux attaques du Polisario.

Selon Le360, le soi-disant premier ministre de la « RASD », qui a été nommé par Brahim Ghali le 5 février dernier, a été impliqué dans une série de crimes présumés graves, dont l’enlèvement des citoyens espagnols travaillant sur le site de Phosboucraa. À l'époque, le site était administré par l'Espagne. Ces attaques auraient été ordonnées par Brahim Ghali qui étai chef de l’armée sahraouie.

En octobre 2015, le journal « La Provincia » publiait un rapport marquant l’anniversaire de l’attaque terroriste contre les civils espagnols. Le rapport contenait des comptes rendus sur les auteurs des actes terroristes, notamment Ouali Akeik, lauréat de l’académie militaire Churchill à Alger.   

Les rapports publiés par « La Provincia » visaient à déterminer à la fois les circonstances exactes de l'attaque et la libération des sept terroristes présumés, détenus à la prison de Las Palmas en octobre et novembre 1975. L'auteur du rapport a déclaré que les sept membres du Polisario « ont été libérés dans le cadre de l'échange de détenus, entre les autorités espagnoles du Sahara et le Front Polisario ».

Selon nos confrères du 360, les sept membres du Polisario ont été remis par le colonel Diego Aguirre le 21 novembre 1975 à Brahim Ghali et Mahfoud Ali Beiba, à la frontière algérienne avec le Sahara marocain.