Les pays nordiques dominent le Top 10 des pays les moins corrompus, avec quelques nuances

5437685854_d630fceaff_b-
150
Partager :

Copenhague - Les pays nordiques ont maintenu leur position de leaders dans le Top 10 des pays les moins corrompus au monde dans le classement 2018 de l'indice de perception de la corruption (IPC), publié jeudi par Transparency International.

Le Danemark a ainsi conservé pour la deuxième année consécutive sa position de leader mondial dans ce classement annuel qui mesure les perceptions des niveaux de corruption parmi les responsables et les autorités de différents pays.

Le royaume scandinave est classé numéro un aux côtés de la Nouvelle-Zélande avec 87 points, ce qui en font les deux pays les mieux placés sur la liste.

L'indice classe 180 pays et territoires selon leurs niveaux perçus de corruption du secteur public selon les experts et les hommes d'affaires, sur une échelle de 0 à 100, où 0 est hautement corrompu et 100 est très propre.

Le total de 87 points est un de moins que celui accordé au Danemark l'année dernière.

La Finlande est arrivée 3e sur la liste de cette année, avec les voisins nordiques, la Suède et la Norvège, respectivement 4e et 7e.

Malgré son classement élevé, le Danemark a perdu des points pour la cinquième année consécutive en raison de la corruption du secteur public.

Le Danemark peut être fier des résultats mais doit également être prudent, a prévenu Natascha Linn Felix, chef de la section danoise de Transparency International.

"Nous devons noter que la confiance que les choses vont bien a diminué. Nous pouvons voir qu'il existe une corrélation entre le classement sur la liste et le niveau d'ouverture autour du soutien des partis et du lobbyisme", a-t-elle déclaré.

Étant donné que l'indice est basé sur des enquêtes sur la perception des experts et des chefs d'entreprise sur la corruption du secteur public d'un pays, il ne constitue pas une mesure factuelle du degré de corruption dans chaque pays.

Les cas de fraude controversés aux yeux du public, tels que le détournement de millions de couronnes au Conseil national des services sociaux, n'ont pas d'impact immédiat sur le score de l'indice, a fait observer Mme Felix.

Christian Bjørnskov, professeur d'économie à l'Université d'Aarhus, a estimé qu'il n'est pas surprenant que le Danemark soit en haut de l'indice.

"Nous avons une culture de confiance particulière qui rend les gens très réticents à payer et à accepter des pots-de-vin. C'est comme ça que ça se passe depuis 150 ans", a-t-il soutenu.

Le chercheur a noté que ce trait d'Europe du Nord peut également être observé dans des pays comme l'Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada.

"Cela est lié au fait que nous devenions riches parce que nous avons un système judiciaire indépendant qui fonctionne bien", a-t-il souligné.

"Il y a donc des raisons historiques pour lesquelles nous sommes devenus riches et sommes ainsi restés exempts de corruption jusqu'à aujourd'hui", a-t-il ajouté.

L'IPC 2018 relève que l'Islande a remporté 78 points, suivie de l'Australie, du Canada et du Royaume-Uni (77), du Japon (73), des États-Unis (69), de la Corée du Sud (59), de l'Afrique du Sud (44), de la Chine et de l'Inde (41), de l'Indonésie (40), du Brésil (35), de la Russie (28) et du Nigéria (26).

Les pays ayant les secteurs publics les plus corrompus sont tous en proie aux conflits, la Somalie terminant dernière avec un score de seulement 9, précédée par le Soudan du Sud (12), la Syrie (13) et le Yémen (15).