Louisa Hanoune et le risque de «somalisation» de l'Algérie

5437685854_d630fceaff_b-
473
Partager :

La ''continuité'' signifie la poursuite de la prédation, la propagation de la corruption avec ce que cela suppose comme menace sur l’Etat

La continuité en faveur de laquelle plaident les partisans du statu quo, dont les partis du pouvoir et leur clientèle, signifie "la mort" et la «somalisation» de l’Algérie, a mis en garde la Secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT), Louisa Hanoune.

«Nous constatons que les partisans du statu quo, leur clientèle et les imposteurs se sont mis en mouvement comme un rouleau compresseur, sous le couvert de la continuité, et soutenus par les prédateurs responsables de la crise (…) Seul compte leur intérêt même si ça doit être au détriment de l’Algérie», a déclaré Mme Hanoune lors de la session ordinaire de la réunion du Bureau politique de son parti tenu jeudi à Alger.

Elle a relevé que la "continuité" signifie la poursuite de la prédation, la propagation de la corruption avec ce que cela suppose comme menace sur l’Etat, la persistance du chômage, la poursuite de la politique de désertification à l’origine de la «harga» et l’étouffement des communes.

La secrétaire générale du PT a estimé, à cet égard, que l’Algérie traverse la pire crise depuis l’indépendance. "C’est l’étape la plus dangereuse de son histoire, une crise plus dangereuse que celle de la tragédie des années 1990", a-t-elle soutenu, évoquant également des marqueurs de cette crise, comme les entraves aux libertés, la paupérisation, le chômage galopant, entre autres.

Les agissements des partisans de la «continuité» et du «statu quo» sont porteurs de risques de «somalisation» du pays, a-t-elle encore mis en garde.