Mauritanie: Un candidat de l'opposition va se présenter à l’élection présidentielle

5437685854_d630fceaff_b-
565
Partager :

Mohamed Ould Maouloud, président de l'Union des Forces du Progrès en Mauritanie (UFP/opposition) a annoncé, samedi 6 avril l’intention de présenter sa candidature à l’élection présidentielle de juin prochain.

Agé de 66 ans, Mohamed Ould Maouloud, qui a officialisé sa candidature lors d'un meeting tenu en début de soirée sur une place à Nouakchott, a été désigné par une nouvelle Coordination des forces du changement démocratiques (CFCD), composée du Rassemblement des forces démocratiques, de l’Union Nationale pour l’Alternance Démocratique (UNAD) et de l’Union des Forces de Progrès.

Professeur d'histoire à l'université de Nouakchott et président également du Forum de forum national pour la démocratie et l’unité (FNDU/opposition), il a promis de doter la Mauritanie d’une vraie justice en cas de victoire.

"Votre présence massive me charge d'une mission, celle de réaliser le changement. Je vous le dis nous le ferons, il est à notre portée, la victoire est inéluctable", a-t-il indiqué.

"Parmi les mesures que nous prendrons, il y a la séparation du parquet et du Conseil de la magistrature vis-à-vis du pouvoir exécutif", a-t-il déclaré, s’engageant aussi à consolider l’unité nationale.

"Nous mettrons en place un mécanisme de lutte contre toutes les formes de discrimination", a-t-il insisté.

Pour réaliser son projet de société, Ould Maouloud envisage de mettre en place un gouvernement d'union nationale avec les membres de sa coalition politique.

Trois autres candidats sont déjà déclarés partants pour la présidentielle de juin prochain. Il s’agit de Biram Dah Ould Abeid, leader de l’initiative du mouvement abolitionniste (IRA) et ancien candidat à la présidentielle de 2014, Mohamed Ould Cheikh Ould Ghazouani, général à la retraite, ancien chef d’état-major général des armées, candidat de la majorité présidentielle et Sidi Mohamed Ould Boubacar, candidat indépendant, soutenu par le Rassemblement national pour la réforme et le Développement (RNRDT/mouvance islamiste), HATEM et Al Mostaqbal.

Ce dernier avait occupé le poste de Premier ministre à deux reprises sous le régime de Maaoya Ould’sid Ahmed Taya (1991/95) et pendant la transition du conseil militaire pour la justice et la démocratie, conduite par feu Ely Mohamed Vall (20015/07).