OMS : la pandémie s'accélère, le confinement une arme defensive, necessaire mais pas suffisante

5437685854_d630fceaff_b-
438
Partager :

'' Il a fallu 67 jours à partir du premier cas signalé pour atteindre les 100.000 premiers cas, 11 jours pour les seconds 100.000 cas et seulement 4 jours pour les troisièmes 100.000 cas. Vous pouvez voir comment le virus s'accélère.''

Genève- L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé lundi les Etat à se mobiliser pour endiguer la propagation du coronavirus qui "s'accélère", affirmant que la trajectoire de la pandémie peut-être "modifiée".

"Plus de 300.000 cas de COVID-19 ont été signalés à l'OMS, dans presque tous les pays du monde. C'est déchirant", a fait constater le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d'une conférence de presse virtuelle depuis Genève.

"La pandémie s'accélère. Il a fallu 67 jours à partir du premier cas signalé pour atteindre les 100.000 premiers cas, 11 jours pour les seconds 100.000 cas et seulement 4 jours pour les troisièmes 100.000 cas. Vous pouvez voir comment le virus s'accélère", a-t-il souligné.

"Mais nous ne sommes pas prisonniers des statistiques. Nous ne sommes pas des spectateurs impuissants. Nous pouvons changer la trajectoire de cette pandémie", a-t-il enchainé, soulignant que " ce qui compte le plus, c'est ce que nous faisons. Vous ne pouvez pas gagner un match de football uniquement en défendant. Vous devez également attaquer".

"Demander aux gens de rester à la maison et d'autres mesures physiques de distance sont un moyen important de ralentir la propagation du virus et de gagner du temps - mais ce sont des mesures défensives", a-t-il jugé.

Pour gagner, a-t-il poursuivi, "nous devons attaquer le virus avec des tactiques agressives et ciblées - tester chaque cas suspect, isoler et prendre soin de chaque cas confirmé, rechercher et mettre en quarantaine tous les contacts étroits".

Pour le directeur général de l'OMS, "il n'existe actuellement aucun traitement qui s'est avéré efficace contre le COVID-19", tout en se félicitant des efforts dirigés vers la recherche d'un traitement contre COVID-19.

"De petites études observationnelles ne nous donneront pas les réponses dont nous avons besoin. L'utilisation de médicaments non testés sans les bonnes preuves pourrait susciter de faux espoirs et même faire plus de mal que de bien et entraîner une pénurie de médicaments essentiels nécessaires pour traiter d'autres maladies", a-t-il dit.

"C'est pourquoi l’OMS a lancé "l'essai Solidarité" , afin de générer des preuves solides et de haute qualité le plus rapidement possible", a-t-il ajouté.