ONU : Plus de 61 millions de personnes affectées par les catastrophes naturelles

5437685854_d630fceaff_b-
647
Partager :

Les catastrophes naturelles ont affecté 61,7 millions de personnes et fait 10.733 morts dans le monde en 2018, a indiqué jeudi l’organisation des Nations-Unies, qui précise que les tremblements de terre, les tsunamis et les éruptions volcaniques ont été les plus meurtriers parmi les désastres de l’année écoulée.

Ces statistiques émanent d’une étude conjointe réalisée par le Bureau des Nations-Unies pour la réduction des risques de catastrophes et du Centre de recherche sur l'épidémiologie des catastrophes (CREC) de l’Université belge de Louvain.

L’étude en question montre aussi que les catastrophes naturelles ayant ponctué l’année 2018 ont aussi affecté le quotidien de 3,4 millions de personnes à travers la planète.

Aucune région du monde n’a été épargnée l’année dernière par ces événements météorologiques extrêmes, selon la Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU pour la réduction de catastrophes, Mami Mizutoric, citée dans un communiqué de presse à l’occasion de la publication du rapport.

L’Indonésie a subi les pertes humaines les plus importantes

Parmi les pays touchés, l'Indonésie a subi les pertes humaines les plus importantes (4.535). Par pays, l’Inde (environ 24 millions), les Philippines (plus de 6 millions) et la Chine (plus de 6 millions) ont rassemblé le plus grand nombre de personnes affectées.

La Représentante spéciale appelle d’ailleurs à œuvrer pour l’adaptation au changement climatique. "Le temps presse pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 C ou 2 C. Nous devons être tout aussi actifs en matière d’adaptation au changement climatique", a-t-elle mis en garde.

Selon la cheffe du Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes, cela signifie que les risques doivent être réduits dans les villes, les territoires doivent mieux être utilisés en améliorant l’utilisation des sols.

Les réglementations et les critères des bâtiments doivent être renforcés alors que les écosystèmes doivent être protégés et sauvegardés. "La pauvreté doit être combattue", a poursuivi Mme Mizutori qui a demandé également que des mesures actives soient lancées pour atténuer l’exposition à l’augmentation des niveaux des mers.

Les inondations, la sécheresse, les tempêtes et les feux de forêt ont touché 57,3 millions de personnes, soulignant une fois de plus que pour diminuer les pertes liées à ces situations extrêmes, "nous devons améliorer" le dispositif face à menaces, a dit Mme Mizutori.

Les inondations ont constitué à nouveau les perturbations aux conséquences sur le plus grand nombre de personnes. Au total, 35,4 millions de personnes y ont été confrontées, dont 23 millions au Kerala, en Inde. Les intempéries ont également causé plus de 2.800 décès, dont plus de 500 en Inde, 220 au Japon, 199 au Nigéria et 151 en Corée du Nord.

Moins ravageuses, les tempêtes ont toutefois fait un record de victimes pour ce type de désastres, près de 1.600. Elles ont affecté 12,8 millions de personnes et devraient être les plus coûteuses parmi les catastrophes en 2018, selon l’étude.