Pétrole : L'OPEP augmente sa production malgré la chute des exportations iraniennes

5437685854_d630fceaff_b-
273
Partager :

L'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) a augmenté sa production de brut le mois dernier, portée par l'Arabie Saoudite et d'autres pays qui ont plus que compensé la chute des exportations iraniennes

La production totale de brut du cartel a augmenté de 132.000 barils par jour en septembre, poussée par l'Arabie Saoudite, la Libye et l'Angola, selon des sources secondaires (indirectes) citées par l'OPEP dans son rapport mensuel sur le pétrole. Elle s'est élevée à un total de 32,761 millions de barils par jour (mbj). Ce rebond a été obtenu en dépit d'une nouvelle chute de 150.000 barils par jour enregistrée de la part de l'Iran qui s'est retiré en mai de l'accord de 2015 sur le nucléaire. Dans ce contexte Washington doit rétablir début novembre une deuxième série de sanctions contre Téhéran visant spécifiquement le secteur énergétique.

Le troisième pays producteur de l'organisation n'a ainsi pompé que 3,447 mbj le mois dernier après 3,597 mbj en août et 3,747 mbj en juillet.

L'Arabie Saoudite a le plus contribué à la hausse, avec une progression de 108.000 barils par jour par rapport au mois d'août. Le prince héritier saoudien Mohamed Ben Salmane a récemment affirmé que Riyad était en mesure de compenser les baisses des exportations de brut iranien, suite à la possibilité d'une diminution de l'offre et d'une montée des prix.

L'OPEP a par ailleurs une nouvelle fois légèrement révisé à la baisse son estimation de la hausse de la demande de brut cette année et pour 2019. Elle envisage ainsi une croissance de 1,54 mbj cette année pour une demande totale de 98,79 mbj.

Par ailleurs, ce changement s'explique par un ralentissement en Amérique latine et au Moyen-Orient mais aussi en Europe de l'Ouest et une demande plus faible que ce qui était prévu pour le diesel en Allemagne et en France.