Poutine et le sceau américain : Le sarcasme du siècle

5437685854_d630fceaff_b-
297
Partager :

Après la décision des Etats-Unis de se retirer du traité des armes nucléaires de portée intermédiaire conclu avec l’URSS en 1987, le conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton a rencontré le président russe, Vladimir Poutine, pour s’en expliquer. Il eu droit à l’humour russe

Faisant allusion au sceau américain, Poutine, réalisant sans doute le sarcasme médiatique du siècle, a lancé une plaisanterie en déclarant : « pour autant que je me souvienne, le grand sceau des Etats-Unis représente un pygargue à tête blanche qui tient treize flèches dans les serres d’une de ses pattes et un rameau d’olivier dans une autre, comme symbole de la politique pacifique. J’ai une question : votre pygargue a déjà picoré toutes les olives, ne reste-t-il que des flèches ? »

Un peu décontenancé, John Bolton, dont la paix est visiblement le dernier des soucis, aurait rétorqué : « je suis ici pour parler de nos intérêts communs mais je n’ai pas apporté d’olives » avant d’expliquer que le rameau d’olivier est situé dans la patte droite du pygargue, ce qui est révélateur, aurait-t-il indiqué, de l’ordre de ses priorités.

Par ailleurs, Poutine a exprimé sa surprise quant aux « mesures injustifiées » que Washington prend contre son pays. Bolton, de son côté a prétendu que les violations russes étaient la principale raison du retrait américain mais pas la seule.

John Bolton avant de reprendre l’avion a fait part du souhait de Trump de rencontrer son homologue russe le 11 novembre prochain à Paris, en marge des commémorations de la fin de la première guerre mondiale.

"Le président Trump sera très heureux de vous rencontrer à Paris en marge des commémorations des 100 ans de l'Armistice", a déclaré Bolton.

"Il serait utile de poursuivre un dialogue direct avec le président des Etats-Unis. Par exemple à Paris, si la partie américaine est intéressée par ces contacts", a indiqué, pour sa part, Poutine.