Signature d’une convention entre la région de Rabat et des grands ponts de la Côte d’Ivoire

5437685854_d630fceaff_b-
158
Partager :

Une convention cadre décentralisée a été signée, mardi 16 mai à Rabat, entre la région Rabat-Salé-Kénitra et la région des grands ponts, située au sud de la Côte d'Ivoire, en vue de définir le cadre général de la coopération dans le domaine académique et universitaire entre les deux parties.

Cette convention permettra de développer les relations académiques entre les trois Universités marocaines basées dans la région Rabat-Salé-Kénitra et la région grands ponts en Côte d’Ivoire, dans la perspective de créer un pôle universitaire dans cette région.

Cet accord porte sur plusieurs domaines de coopération notamment, l’enseignement supérieur, la formation, l’encadrement et l’expertise, la recherche-développement et l’innovation, la gouvernance universitaire et l’assurance qualité, l’échange d’enseignants chercheurs, d’étudiants et d’experts.

S’exprimant à cette occasion, le vice-président de la région Rabat-Salé-Kénitra, Abdelkbir Bourkia a indiqué que la région de Rabat s’est engagée depuis longtemps dans la coopération internationale, avec les pays du Nord et aussi du Sud, en s’inscrivant en droite ligne avec la politique d’ouverture adoptée par le royaume.

Après avoir mis en relief les liens privilégiés unissant le Maroc à la Côte d’Ivoire, Bourkia a relevé que cette convention encourage la dynamique de collaboration intra-africaine dans le domaine académique et universitaire, notant que la formation de ressources humaines qualifiées est une priorité pour accompagner les projets structurants en Afrique.

De son côté, le président du conseil de la région des grands ponts, Gabriel Yace, a souligné que cette convention, qui confirme la solidité des relations maroco-ivoirienne, facilitera l'échange et le transfert des compétences académiques et permettra de tirer profit de l'expérience et l'expertise du royaume en la matière.

Ce projet est une aubaine pour la région des grands ponts en particulier et pour la Côte d’Ivoire en général, s'est-il réjouit, relevant que les cadres formés dans les universités marocaines comptent aujourd’hui parmi les plus émérites.

Ce partenariat permettra de résoudre une épineuse équation pour de nombreux ivoiriens désireux de poursuivre leurs études au Maroc, a-t-il conclu.