Soudan : Les États-Unis condamnent, les militaires persistent

5437685854_d630fceaff_b-
156
Partager :

Les États-Unis ont condamné, mercredi, les attaques contre les manifestants qui militent pour la démocratie au Soudan, faisant au moins 100 morts depuis lundi, selon un nouveau bilan fourni par le comité des médecins.

"Les États-Unis condamnent les récentes attaques contre les manifestants au Soudan. Nous adressons nos condoléances aux victimes et aux familles qui ont perdu des êtres chers", a déclaré dans un communiqué la porte-parole du département d'Etat américain, Morgan Ortagus.

"Nous appelons le Conseil militaire de transition et les Forces de Soutien Rapide (RSF) à renoncer à la violence et nous appelons à la reprise des contacts avec les Forces pour la liberté et le changement dans le but d'une transition menée par des civils qui conduise à des élections dans un délai convenable et à la libre expression de la volonté du peuple soudanais", a-t-elle ajouté.

De hauts diplomates américains sont actuellement en contact avec les responsables de la région, a indiqué la porte-parole, se félicitant des récentes déclarations de l'UA, de l'Égypte et de l'Arabie saoudite appelant à la retenue et à la reprise du dialogue. Pour rappel, c’est dès son retour d’une tournée qui l’a mené dans ces trois pays que le chef de la junte militaire a lancé ses troupes contre les manifestants.

"Les États-Unis restent fermement résolus à travailler avec le peuple soudanais, ainsi qu'avec nos partenaires internationaux, à la recherche d'une solution pacifique au Soudan", conclut le communiqué.

Selon le Comité central des médecins soudanais (CCSD), le nombre de victimes de l'attaque de lundi lors de la dispersion d’un sit-in des manifestants pro-démocratie a été porté à 100, après la découverte de 40 corps dans le Nil.

Soixante personnes auraient été tuées lors de la répression militaire à Khartoum, avant que des dizaines de corps jetés dans la rivière par les RSF n'aient été retrouvés, a déclaré mercredi le CCSD, proche des manifestants.