Algérie: un officier tué et plusieurs soldats blessés dans une explosion

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

BN11385arme-algerienne0713

Un officier de l'armée algérienne a été tué et  plusieurs soldats blessés dans une explosion, survenue dimanche dernier, dans  la région de Jijel, à près de 360 km à l'Est d'Alger, rapporte mardi la presse  locale.

Le quotidien arabophone El Khabar précise qu'il s'agit d'un commandant qui a trouvé la mort dans l'explosion de trois bombes artisanales posées dans une zone montagneuse située à une trentaine de kilomètres de Jijel, chef-lieu  éponyme de cette wilaya.

La même source parle d'une vingtaine de blessés, tandis que son confrère El Watan, plus gros tirage du pays, évoque le bilan de douze militaires touchés, alors qu'ils participaient à des opérations de ratissage dans les monts de  Seddat contre les groupes armés, en cours depuis avril dernier.

L'armée algérienne est engagée, depuis le début de l'année, dans des actions  antiterroristes de grande envergure au nord-est sur l'axe Boumerdes-Tizi  Ouzou-Bouira, à l'extrême-sud limitrophe du Mali et de la Libye ainsi qu'à  l'extrême-est aux frontières avec la Tunisie.

Depuis une semaine, les troupes algériennes mènent une offensive d'ampleur dans la région de Tamanrasset, à près de 2.000 km de la capitale, à la  frontière malienne. Un bilan officiel, publié lundi, fait état de la mort de  douze "terroristes", qualificatif donné aux combattants islamistes, et la  saisie d'un important arsenal de guerre et de moyens de communication  sophistiqués.

A rappeler qu’au nord-est, 11 militaires algériens avaient été tués, 48 heures après  l'élection présidentielle du 17 avril, dans un guet-apens tendu par un important groupe armé dans la commune d'Iboudraren, proche de la ville de Tizi  Ouzou, un autre front où s'activent les groupes armés. L'attaque a été  revendiquée par la nébuleuse d'Aqmi.

Jeudi dernier, sept hommes armés, en provenance de la région tunisienne de Kasserine, ont été abattus alors qu'ils tentaient de s'infiltrer dans le territoire algérien à partir de la frontière commune, où prolifèrent les  groupes extrémistes depuis l'été dernier, en particulier dans le mont Châaambi.