Indice Global de l’ITUC des pires pays en matière d’emploi : le Maroc mauvais élève !

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couverture-droit-travailleur

L'Indice Global de l’ITUC couvre des violations enregistrées dans 139 pays sur les 12 derniers mois (Avril 2013 - Mars 2014). La méthodologie se base sur les normes internationales des droits fondamentaux du travail, en particulier le droit à la liberté d'association, le droit à la négociation collective et le droit à la grève. Ces droits sont basés sur les lois internationales des droits de l'homme sous la forme de 97 indicateurs afin de traduire les informations qualitatives en notes quantifiables.

Les pays sont ensuite évalués sur une fourchette allant de 1 à 5 en fonction de leur respect des droits collectifs du travail, avec 1 étant la meilleure note et 5 la pire. Le niveau de développement économique, la taille ou l'emplacement du pays n'est pas pris en compte étant donné que les droits fondamentaux sont universels et les travailleurs dans toutes les régions du monde devraient avoir accès à ces droits.

La note du Maroc est de 4 !

A un point de la pire note, le Maroc obtient le même score que l’Argentine, l’Indonésie, l’Iran, le Liban ou encore le Mali (voir rapport complet). Le royaume fait toutefois mieux dans ce classement que l’Algérie, l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, le Qatar, et la Turquie ayant obtenu une note de 5.

Ainsi, selon le rapport, les pays ayant obtenu un score de 4 connaissent des violations systématiques des droits des travailleurs. L’organisation précise littéralement dans son rapport que « les travailleurs dans les pays avec une note de 4 ont rapporté des violations systématiques de leurs droits. Les entreprises sont engagées sérieusement pour écraser la voix des travailleurs mettant les droits fondamentaux sous une menace perpétuelle ».

Sans blagues ?