L’armée marocaine retire ses missiles sol-air installés à Casablanca

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couv-missiles-marocain-Quid.ma-

Alors que le Maroc vient d’être sollicité par les Etats-Unis à rejoindre l’Alliance anti-daech et après l’alerte et la campagne médiatique lancées il y a un mois par le ministère de l’intérieur, l’armée marocaine retire ses missiles sol-air installés à Casablanca soulevant de nombreuses interrogations.

L’armée marocaine vient de retirer les missiles sol-air qu’elle avait installés à Casablanca début août,  en prévision de toute attaque terroriste.

L’installation de ces missiles faisait écho à la déclaration du ministre de l’intérieur, Mohammed Hassad, quant à l’imminence d’une « menace terroriste sérieuse » guettant le Maroc. Une menace que les autorités marocaines prennent au sérieux. Une cellule terroriste composée de sept individus a d’ailleurs été démantelée vendredi par les services de sécurité nationale. Les accusés préparaient des attaques terroristes ciblant des positions "sensibles dans le royaume", a déclaré, dans un communiqué, le ministère de l'Intérieur. Cette cellule dormante recrutait des "combattants pour rallier l'organisation terroriste de l'Etat islamique en Syrie et en Irak".

Selon le quotidien Assabah, le retrait des missiles préalablement installés à Casablanca pourrait être justifié par le fait que la hiérarchie militaire est très « confiante » quant au niveau de préparation des différentes unités des Forces Armées Royales à contrer toute éventuelle attaque terroriste dirigée par l’organisation de l’Etat islamique.

La guerre contre Daech a été déclarée par l’administration Obama qui poursuit sa campagne médiatique en vue de rallier plus de pays à sa cause. Rabat ne s’est, certes, toujours pas prononcée sur le sujet mais les missiles ont été retirés de Casablanca et le niveau d’alerte maintenu. L’unité navale de lutte contre le terrorisme de l’OTAN a, d’ailleurs, fait escale, vendredi 5 septembre, pour quelques jours dans le port de Casablanca et les services de sécurité nationale continuent leurs enquêtes en vue de démanteler le réseau maghrébin de l’EI.