ONU : Ban Ki Moon change son représentant au Sahara après la résolution 2152, le temps peut-être de recenser les populations des camps

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

actu-minurso

Le secrétaire général de l’ONU Ban KI Moon a mis fin à la fonction de l’allemand Wolfang Weisbrod Weber à la tête du MINURSO. L’allemand partira prochainement après une courte période. Son mandat qui devait continuer jusqu’au 31 juillet prochain, avec possibilité de prorogation, se trouve interrompue. Le chef de la Minurso, qui s’est montré partial durant sa mission, a visité l’Algérie et les camps de Tindouf à maintes reprises sans jamais prendre l’initiative de visiter nos provinces du sud. Une manière de prouver qu’il adhère à la position algérienne hostile à l’intégrité territoriale du Maroc. L’allemand, qui a pris les commandes de la MINURSO le 14 juin 2013 est venu avec l’idée de rééditer l’exploit de Timor orientale. L’Algérie perd un homme acquis à sa fiction.

Le SG de l’ONU a indiqué qu’il a procédé à son remplacement par la canadienne, d’origine  vietnamienne, Kim Bolduc. Le bureau du porte-parole du secrétariat général de l’ONU a annoncé la nouvelle lundi.

La nouvelle responsable de la MINURSO est un pur produit du système de l’ONU, elle y a fait une carrière durant 28 ans.  Elle a été  adjointe  du représentant du secrétaire général de l’ONU pour la stabilisation de Haïti et coordinatrice du système de l’ONU dans ce pays. Elle a également assumé la responsabilité de coordinatrice du système de l’ONU au Panama. Elle a travaillé pour l’ONU également en Irak,  au Mozambique et au Honduras.

La nomination de Mme Kim Bolduc survient  après l’adoption par le conseil de sécurité de la résolution 2152 qui a tenu à ouvrir des perspectives pour des négociations sérieuses pour aboutir à une solution au conflit qui oppose, en fait, le Maroc et l’Algérie. Les sahraouis ne disposent pas d’une volonté indépendante pour pouvoir penser et agir indépendamment des pressions des généraux algériens, qui détiennent toujours le pouvoir à Alger.

On verra si le choix de la nouvelle responsable de la MINURSO peut se comprendre comme un choix de recentrer la mission de l’ONU sur sa mission, ce qui est peu probable si l’on tient compte de la teneur du dernier rapport de Ban Ki Moon. Ce qui contraint Rabat rappeler constamment  l’impartialité qui doit caractériser son travail, il est du devoir de l’envoyé spéciale du SG de l’ONU Christopher Ross de veiller à ce que les parties s’acheminent vers des négociations sérieuses et ouvertes sur la perspective de trouver une solution politique au conflit, en tenant compte des éléments introduits dans la dernière résolution du CS de l’ONU, à savoir l’affirmation des membres de cette instance du caractère sérieux et crédible de la proposition d’autonomie présentée par le Maroc et l’hommage rendu aux efforts consentis par le gouvernement marocain dans le domaine des droits de l’Homme.

Il est temps pour  l’ONU de procéder à l’enregistrement et le recensement des sahraouis aux camps de Tindouf. Cette question reprise dans la résolution 2152 revêt une grande importance pour  la voie à suivre. Le Polisario imposé par l’Algérie comme seul interlocuteur ne représente qu’une minorité agissante sous les ordres de la DRS. Les réactions des jeunes pour le changement aux camps de Tindouf, qui prennent de l’ampleur, viennent prouver qu’une nouvelle conscience est en train de naître.