Sahara : l’ancien ambassadeur américain Edouard Gabriel pense que l'Union africaine cherche à faire dévier le processus de négociation de sa trajectoire

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

usa-edouard_gabriel-m A travers sa décision “unilatérale” de désigner un prétendu “envoyé spécial” pour le Sahara, l'Union africaine (UA) cherche à faire dévier le processus de négociations de sa trajectoire et à nuire aux efforts visant à trouver une solution politique de compromis, a déclaré l'ancien ambassadeur américain, Edouard Gabriel.

“Il s'agit là d'une nouvelle manipulation derrière laquelle se profile la main des soutiens des séparatistes du polisario au sein de l'UA qui cherchent à faire dévier de sa trajectoire le processus de négociations menées sous l'égide des Nations Unies”, a souligné M. Gabriel.

Face à l'attitude des commanditaires des séparatistes en perte de vitesse, qui “s'enfoncent davantage dans leurs supercheries”, le Royaume se démarque par sa sérénité, ancrée dans une double vérité historique et sur le terrain, à travers le plan d'autonomie au Sahara sous souveraineté marocaine qualifié par le Président des Etats Unis de “sérieux, crédible et de réaliste”, a tenu à rappeler l'ancien diplomate US.

Réagissant sur cette décision “malheureuse et malavisée” de l'Union africaine, le Directeur de l'Africa Center au sein de l'Atlantic Council, Peter Pham, avait souligné, dans une déclaration similaire, que l'UA “ne peut se prévaloir d'aucune compétence ou expertise quelconque en ce qui concerne la question du Sahara” et sa décision unilatérale de désigner un prétendu “envoyé spécial” pour la Sahara et par conséquent nulle et non avenue.

Revenant sur les motivations derrières cette décision “unilatérale et contreproductive”, l'expert américain a pointé du doigt “les stratagèmes d'un pays notoirement hostile aux intérêts du Maroc au sein de cette organisation”, relevant, par ailleurs, que “la majorité des pays membres de l'UA ne s'acquittent même pas de leurs contributions, une situation qui s'est aggravée depuis la mort de Mouammar Kadhafi qui avait pour habitude d'éponger ces dettes et dont le relais a été repris par d'autres pour persister sur la voie de la manipulation”.