Sahara Marocain : Le gouvernement conteste les attaques algériennes à l’ONU

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

Sahara occidental

Le Maroc récuse la machination entreprise par l’Algérie, concernant le dossier du Sahara Marocain, devant l'ONU, à New York

Le gouvernement marocain s’indigne face aux attaques lancées par le représentant de l’Algérie et visant le Maroc, lors de la réunion de la 4ème commission de l’ONU, mardi 7 Octobre, à New York.

Le Maroc, peuple, institution monarchique et gouvernementale « sont mobilisés pour contrer les manœuvres de leurs adversaires et défendre notre intégrité territoriale », a riposté le porte-parole du gouvernement en réaction aux vilipendes soutenues par l'Algérie et dénigrant l’intégrité territoriale marocaine devant la communauté internationale réunie au siège de l'ONU, à New York.

Mustapha Khalfi, ministre de la communication a ainsi désapprouvé l’attitude algérienne, en déclarant, en marge de la réunion hebdomadaire du gouvernement tenue jeudi 9 Octobre, que « ce sont des manœuvres vouées à l'échec » avant d’ajouter que « l'intox et les mensonges n'ont plus droit de cité depuis que le Maroc a proposé un plan d'autonomie avancée que la communauté internationale a jugé crédible et sérieux ».

« L'exploitation des incidents de Dakhla à des fins de propagande est inacceptable », a-t-il ainsi martelé. Khalfi n’a pas manqué de confirmer la responsabilité de l'Algérie dans la pérennisation du conflit et son recours malhonnête aux tribunes de l'ONU pour remettre en cause l'intégrité territoriale nationale.

« Le Maroc a un plan de règlement crédible, une politique de régionalisation avancée et une économie modèle et en pleine expansion dans nos provinces du sud » a-t-il conclu.

Pour rappel, lors de la réunion à New York, le Maroc avait réagi aux allégations de certaines délégations, en mettant en garde la 4ème commission de l’ONU, contre les suites de toute modification du mandat de la Minurso, au Sahara Marocain.

Abderrazzak Laassel, représentant permanent adjoint à l'ONU, a ainsi déclaré qu’un quelconque élargissement du mandat de la Minurso quant à la surveillance des droits de l’Homme « mettra en danger la présence même de cette mission »

Le Maroc a enfin sollicité la neutralité de Ban Ki-moon et de Christopher Ross, son envoyé personnel au Sahara occidental, ainsi que l’impartialité de la Minurso, une neutralité sans laquelle, le conflit ne saurait être réglé.