Tanger : Comment faire face à la menace du jihadisme européen ?

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couv-jihadiste

Les participants à la 2ème édition de la conférence "Tanger-Amsterdam Dialogue", organisée vendredi à Tanger, ont appelé au renforcement de la coopération euro-méditerranéenne afin de faire face à la  menace du jihadisme européen, un phénomène en recrudescence ces dernières  années.

Les experts et intellectuels intervenant lors de cette rencontre, organisée par le Centre marocain des études stratégiques (CMES) sous le thème "Le  jihadisme européen et ses conséquences sur la sécurité dans l'espace  méditerranéen", ont noté que la région fait face à une menace commune de  propagation de l'intégrisme et de la radicalisation, qui nécessite une réponse commune et concertée.

Le mouvement jihadiste, qui a évolué au fur et à mesure de l'apparition des  foyers de conflits notamment en Afghanistan, en Irak et dans la région du  Sahel, a connu un véritable élan avec l'explosion de la guerre en Syrie, un  terrain de confrontation idéologique plus facile d'accès, qui a attiré, selon  des estimations, plus de 35 mille combattants étrangers, dont des  ressortissants européens, ont-ils indiqué.

Le retour des jihadistes des zones de conflits armés, notamment en Syrie, vers l'Europe, pose un grand problème qui nécessite la collaboration en matière  de surveillance et de déradicalisation des individus endoctrinés au salafisme  jihadisme, ont ajouté les experts, sécuritaires et diplomates ayant pris part à  cette rencontre.

Le président du CMES, Mohamed Benhammou, a noté que la sécurité de la région euro-méditerranéenne constitue un bien collectif qui appelle à une  mutualisation des efforts dans le cadre de la coresponsabilité et de la  cogestion de la sécurité, plaidant pour la mise en place d'une stratégie  claire, axée sur un meilleur échange d'informations entre les pays de la région et un partage des expériences réussies dans ce domaine.

Cette coopération doit s'inscrire dans une logique de partenariat et se  doter d'une vision pluridimensionnelle, incluant les volets sécuritaire, de  développement humain et de dialogue entre les civilisations, a-t-il souligné.

Les participants à la rencontre ont notamment mis l'accent sur l'absence  d'un profil type du jihadiste, notant qu'il s'agit d'un phénomène mobilisant  des individus de différents statuts familiaux, de diverses origines, même s'ils  sont généralement en contact avec le "cyber-jihadisme", qui s'alimente de la  massification du flux de photos, vidéos et informations provenant des zones de  conflits et qui comporte une grande charge émotionnelle.

Les problèmes d'échec de l'intégration dans les pays d'Europe, la pauvreté  et l'exclusion sociale contribuent à alimenter le jihadisme européen, ont  affirmé les participants, relevant l'importance d'intégrer la dimension  socio-économique dans les efforts de déradicalisation des personnes endoctrinées et d'accorder un plus grand intérêt au rôle d'internet et des  réseaux sociaux dans le recrutement des jihadistes.

Le CMES est l'un des plus grands Think Tank en Afrique et dans la région  MENA spécialisé dans les études stratégiques sur la sécurité en Afrique. Il réalise des recherches, des études et des analyses sur les problèmes  internationaux stratégiques de défense.

Le CMES a signé des conventions de partenariat avec plus de 60 centres similaires et son réseau international compte plus de 50 experts-associés à travers le monde.