Troubles de Ghardaia : Bientôt Alger accusera Rabat d’être à l’origine de l’arrivée de l’Ebola en Algérie

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couv-ghardaia-Quid.ma

Entretenir la haine contre le Maroc et les Marocains est depuis toujours une priorité de l’Etat Algérien. On savait que tous les moyens de propagande attardés sont bons pour atteindre cet objectif majeur.

Mais on ne savait pas qu’un journal des plus proches du cercle présidentiel, Achourouk,  irait jusqu’à publier une information fantaisiste rapportant que le premier ministre algérien et les services de sécurité ont reçu un rapport de l’association des oulémas musulmans accusant le Maroc de comploter à Ghardaia contre la stabilité de l’Algérie.

Selon le journal, le rapport a conclu que les événements de Ghardaia qui ont défrayé la chronique et mobilisé les organisations des droits de l’homme algériennes  et internationales ne sont pas idéologiques ou ethniques, mais qu’il s’agissait d’un complot ourdi par une main étrangère. Selon ces Oulémas la conspiration aurait commencé immédiatement après le festival amazigh au Maroc auquel des Algériens avaient pris part, et durant lequel le régime chérifien aurait tenté de semer la division au sein d’une certaine minorité, après que l’Algérie ait surmonté avec succès la vague du « printemps arabe ».

Ces oulémas de service ont ajouté, selon le même journal, que « le Maroc tente d’exploiter le conflit intercommunautaire à Ghardaïa pour porter atteinte à l’intégrité territoriale de l’Algérie. Le Makhzen, ne ménage aucun effort pour faire croire à la communauté internationale qu’il y a une minorité opprimée dans la vallée du M’zab. ».

Ces conclusions ne se limitent pas à propager des accusations insensées contre le Maroc, mais comportent également des accusations graves contre les mouzabistes et les amazighs algériens en les rendant des pions sans personnalité et sans attachement à leur pays attisant encore un peu plus les antagonismes et les violences intercommunautaires en les désignant à leurs adversaires comme des agents de l’étranger alors même que ces Oulamas  avait auparavant affirmé le contraire. Ainsi va Alger qui n’est pas à une contradiction près et viendra certainement un jour où il accusera Rabat d’être à l’origine de l’arrivée de l’Ebola en Algérie.