Abou Hafs : «La Rabita des Oulémas du Maghreb Arabe n’est qu’un groupe sur Whatsapp »

5437685854_d630fceaff_b-
602
Partager :

Depuis sa dernière sortie médiatique où il avait appelé à revisiter les textes religieux, notamment par rapport à la question épineuse de l’égalité de l’héritage entre la femme et l’homme, Mohamed Abdelouahab Rafiki alias Abou Hafs est au cœur d’une critique virulente des salafistes, amis d’hier et ennemis d’aujourd’hui.

Rafiki, lui, n’y va pas par quatre chemins, même en abordant des sujets brûlants comme la réforme de l’héritage ou la liberté de culte. Pour cet ancien salafiste, une relecture des textes religieux est nécessaire car les temps ont évolué. La répartition des biens de succession entre les héritiers doit, elle aussi, s’adapter aux changements de la société et les libertés individuelles doivent être protégées.

Le locuteur est revenu également sur son expulsion de la ligue des Oulémas du Maghreb Arabe qui, selon lui, n’est qu’une organisation virtuelle qui s’active sur Whatsapp.  Celui-ci explique d’ailleurs qu’il avait décidé de son plein gré de prendre de la distance par rapport à cette ligue car les personnes qui y adhèrent, comme d’ailleurs le cheikh Hassan El Kettani, refusent tout avis contraire.

Rafiki s’est également arrêté sur l’expansion du wahhabisme au Maroc qui, selon lui, reste la raison principale de la propagation de l’extrémisme au royaume. Une doctrine qui ne va pas de pair avec la culture marocaine, affirme Abou Hafs.