Akhbar Al Yaoum s’interroge sur le bilan du gouvernement d’El Othmani avant même sa publication

5437685854_d630fceaff_b-
160
Partager :

Le bilan des cent premiers jours du gouvernement doit être présenté ce lundi 11 septembre par Saâdeddine El Othmani et le quotidien arabophone Akhbar Al Yaoum s’interroge déjà sur son contenu. De là à ce que certains y voit la touche de Abdalilah Benkirane il n’y a qu’un pas…

Selon Akhbar Al Yaoum, le gouvernement n’a adopté que six projets de lois fondamentaux et ce durant les 19 conseils de gouvernement qu’il a tenu depuis sa nomination. Il n’a pas manqué de souligner que ce bilan sera certainement dominé par des décrets qui sont surtout des applications des textes de lois déjà adoptés par le gouvernement précédant.

Mustapha El Khalfi, porte-parole du gouvernement et ministre délégué chargé des relations avec le parlement a indiqué que le bilan sera axé sur la politique, la gestion, l’économie, la société et la diplomatie, comme le mentionne Akhbar Al Yaoum, dans son édition de ce lundi 11 septembre.

La même source indique que les réalisations du gouvernement les plus importantes sont la généralisation de la bourse aux stagiaires de la formation professionnelle, la baisse des prix de 135 médicaments et l’inauguration de plusieurs centres hospitaliers. Il y a également le bilan de la commission nationale de l’investissement, le lancement de la stratégie nationale pour l’emploi et les nouvelles dispositions concernant la légalisation des documents et de la signature.

Par ailleurs, Akhbar Al Yaoum indique que plusieurs ministres, à qui il a posé des questions sur les réalisations du gouvernement, ont été incapables de donner des réponses concluantes. Le journal cite une source au gouvernement qui aurait considéré le bilan des quatre derniers mois comme « honorable ». Le parlementaire du PAM, Abdellatif Ouahbi, lui, estime que l’action  du gouvernement durant les quatre derniers mois est une série d’échecs.

Pour rappel, Saad Eddine El Othmani a décidé de présenter le bilan devant la presse et non sous la coupole du parlement.