Aziz Rabbah se dit prêt à chercher une autre alternative au PJD

5437685854_d630fceaff_b-
777
Partager :

Le ministre PJDiste Aziz Rabbah a récemment fait, à Londres, une déclaration à l’effet d’une bombe en déclarant qu’il est prêt, comme beaucoup de dirigeants du parti, à aller chercher une autre alternative au parti islamiste. De quoi confirmer la crise que traverse le PJD depuis un moment

Le PJD traverse une zone de turbulence, pour ainsi dire, à tel point que plusieurs dirigeants du parti pensent perdre leurs mandats électifs actuels. Ces mêmes dirigeants estiment que le parti ne sortira pas indemne des prochaines élections. Pour cause : les dissensions internes et les tiraillements opposant le « clan des ministres » et celui d’Abdelillah Benkirane.

De son  coté, le quotidien Assabah écrit ce lundi 7 mars qu’à tout cela s’ajoutent la «dynamique et la percée de nouveaux partis dans le paysage politique marocain, à l’instar du Rassemblement National des Indépendants qui a commencé, très tôt, à préparer les futures élections».

 Ainsi, Aziz Rabbah a déclaré être prêt à aller chercher une autre alternative au parti. Il a ajouté, comme pour se justifier, qu’à l’origine « les cadres du PJD ont frappé aux portes de l’USFP et de l’Istiqlal, avant de rejoindre le MPDC d’Abdelkrim El Khatib pour fonder, en 1998, l’actuel Parti de la Justice et du Développement »

Par ailleurs, le chef du gouvernement et secrétaire général du PJD, Saad Eddine El Othmani a interdit aux membres de la direction du PJD de faire des déclarations à la presse, imposant que la communication au nom du parti soit de son seul ressort ou à travers un communiqué officiel du parti. El Othmani estime que c’est le gouvernement et le parti qui risquent d’en pâtir le plus si certains dirigeants continuent à faire des déclarations à tort et à travers.