Benkirane met fin aux négociations avec le RNI et le MP

5437685854_d630fceaff_b-
6744
Partager :

Les négociations pour la formation du gouvernement "ne peuvent se poursuivre" avec le RNI et le MP

Les négociations pour la formation du gouvernement "ne peuvent se poursuivre" avec le président du Rassemblement national des Indépendants (RNI), Aziz Akhannouch, et le secrétaire général du Mouvement populaire (MP), Mohand Laenser, a affirmé le chef du gouvernement désigné et secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Abdelilah Benkirane.

Dans un communiqué rendu public dimanche soir, Benkirane a indiqué qu'il attendait une réponse de Akhannouch à la question qu’il lui avait posée, mercredi dernier, sur sa volonté ou non de participer au gouvernement. Question à laquelle le président du RNI avait promis une suite dans deux jours, "ce qu’il n’a pas fait, préférant me répondre via un communiqué rédigé conjointement avec d’autres partis, dont deux que je n’avais pas sollicités", a ajouté le chef du gouvernement désigné.

"J’en déduis qu’il se trouve dans une situation qui ne lui permet pas de me répondre. De ce fait, les négociations ne peuvent se poursuivre avec lui pour la formation du gouvernement", a précisé Benkirane.

Le chef du gouvernement désigné a affirmé aussi que "les discussions avec Akhannouch sont closes", de même qu’avec Mohand Laenser, secrétaire général du MP.

Le communiqué en question...

Le Rassemblement National des Indépendants (RNI), le Mouvement Populaire (MP), l'Union Socialiste des Forces Populaires (USFP) et l'Union Constitutionnelle (UC) ont réitéré leur disponibilité à poursuivre les consultations avec le chef du gouvernement désigné pour parvenir à la formation d’une majorité gouvernementale harmonieuse et solide qui sert les intérêts supérieurs du pays, dans un communiqué conjoint rendu public, dimanche dans la soirée

Les quatre formations politiques avait également affirmé dans ce communiqué ''leur volonté de former un gouvernement fort et déclaré leur attachement à l’action commune pour parvenir au renforcement et à la consolidation de l’alliance gouvernementale qui s’avère primordiale pour constituer un cadre confortable à même de garantir le bon fonctionnement des institutions de l’Etat''.

La réaction de Benkirane par communiqué interposé mettra certainement fin à cet élan conciliant de la coalition RNI-MP-UC-USFP,mais surtout, engagera le cycle de formation d'un gouvernement vers l'inconnu. Une question que se posent tous les analystes depuis quelques semaines : si les négociations échouent, tenant compte du vide juridique, quelle solution ? Refaire les élections ? Réinterpréter la constitution ? Nous sommes désormais dans l'inconnu...