Bourita : le CS apporte une réponse cinglante aux tenants du référendum et de l’indépendance

5437685854_d630fceaff_b-
587
Partager :

La résolution 2468, adoptée par le Conseil de Sécurité des Nations Unies, revêt une importance particulière. Vue de Rabat, la résolution « recèle une évolution qualitative, contient des éléments structurants pour le processus politique et précise les paramètres de la solution définitive à ce différend régional.

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères souligne dans une déclaration à la presse qu’ainsi « le Conseil de Sécurité identifie nommément les parties au différend régional sur le Sahara marocain. En effet, et pour la première fois depuis 1975, le Conseil de Sécurité mentionne 5 fois l’Algérie dans cette résolution.  Le Conseil de Sécurité reconnait, de ce fait, qu’une implication forte, continue et constructive de l’Algérie est nécessaire pour mettre un terme à ce différend régional qui n’a que trop duré. »

En outre, ajoute-t-il, « le Conseil de Sécurité confirme clairement les contours de la solution. Celle-ci doit être, selon le paragraphe 2 du dispositif de la résolution 2468, « politique réaliste, pragmatique et durable, basée sur le compromis ».

Le ministre qui ne cache pas sa satisfaction indique qu’il est « important de relever que les paramètres évoqués par le Conseil de Sécurité rejoignent largement la position marocaine. Ainsi, le terme de "compromis" est mentionné au moins 5 fois dans la résolution. La notion de "réalisme" est reprise, quant à elle, pas moins de 4 fois. Par contre, des références chères aux autres parties sont ignorées ("autodétermination" citée 1 fois), voire même bannies (absence totale de toute référence au "référendum"). »

De la sorte, poursuit-il « le Conseil de Sécurité oppose, de la manière la plus cinglante, une fin de non-recevoir à l’attachement des autres parties au "référendum" et à "l’indépendance", qui ne sont ni réalistes, ni pragmatiques, ni mutuellement acceptables, ni encore moins basés sur le compromis. »

De même, précise N. Bourita, « la résolution consolide les acquis du Maroc dans les résolutions précédentes, notamment la prééminence de l’initiative d’autonomie et l’impératif du recensement de la population des camps de Tindouf en Algérie. »

Par ailleurs, dit-il, la résolution réitère l’injonction faite au Polisario de respecter le cessez-le-feu, puisque le paragraphe 6 rappelle « les engagements pris par le Polisario envers l’Envoyé personnel » de se retirer de Guergarate et de s’abstenir de tout action déstabilisatrice à Bir-Lahlou et Tifariti.

Le Royaume du Maroc espère ainsi que « cette résolution donnera une forte impulsion au processus politique et que, sur la base des paramètres qui y sont définis, chaque partie assumera pleinement ses responsabilités pour avancer vers la « politique réaliste, pragmatique et durable, basée sur le compromis » souhaitée par la Communauté » internationale.

Rabat réitère enfin « sa disposition à parvenir à une solution de compromis dans le cadre de son initiative d’autonomie. Il forme le souhait que le processus en cours puisse générer une dynamique réelle, se départir des rhétoriques et éviter que les réunions deviennent une fin en soi. »