Classement des poursuites contre des journalistes marocains en France : Rien d’officiel

5437685854_d630fceaff_b-
216
Partager :

Selon une vidéo publiée sur sa page Facebook, l’ex-capitaine Adib qui poursuit des journalistes marocains pour diffamation, a annoncé que la juge vice-président du Tribunal de Grande Instance de Paris l’a informé que ses poursuites ont été frappées de prescription et qu’en conséquence l’affaire était close.

Mustapha Adib, visiblement instable psychiquement, qui paraissait dépité pour ne pas dire plus, s’est lancé dans une charge en règle contre ce qui bouge avec des propos qui lui vaudraient dix mille condamnations, si l’on s’en tient à logique, pour diffamation, injures etc. Il n’a même pas épargné la France pays qui lui assure le gîte et le couvert et dont certains de ses juges sont prêts à compromettre pour l’énergumène les relations de leur pays avec le Maroc.

Le lendemain le même Adib est revenu à la charge avec des tweets sans queue ni tête où il annonce que la juge héroïne de cet épisode n’a rien lâché et que si les journalistes convoqués ne se présentaient pas à l’audience en octobre, Aïda Traoré lancerait à leur encontre des mandats d’arrêt internationaux.

Quoi qu’il en soit, au Quid, aucun des poursuivis, Narjis Rerhaye, journaliste freelance, et Naïm Kamal, directeur du site, n’ont reçu de notifications à ce sujet.