Crise du Golfe : Le Roi opte pour une "neutralité constructive"

5437685854_d630fceaff_b-
786
Partager :

Le Maroc a proposé ce dimanche sa médiation dans la crise du Golfe qui oppose l'Arabie saoudite et plusieurs autres pays du CCG, au Qatar. Communiqué.

« Le Royaume du Maroc suit avec une grande préoccupation la détérioration, ces derniers jours, des relations entre le Royaume d’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, le Royaume du Bahreïn, l’Egypte et d’autres pays arabes d’un côté, et l’Etat du Qatar de l’autre », explique le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué publié ce dimanche, et envoyé aux principaux organes de presse. 

« Depuis le déclenchement de cette crise, Sa Majesté le Roi Mohammed VI – que Dieu L’assiste – a maintenu un contact étroit et permanent avec les différentes parties », affirme le communiqué, avant d'ajouter qu'en « raison des liens personnels solides de fraternité sincère et de considération mutuelle entre Sa Majesté le Roi et Ses frères Rois et Emirs des pays du Golfe, et tenant compte du partenariat stratégique singulier avec les Etats du CCG, le Royaume du Maroc a veillé à ne pas verser dans les déclarations publiques et les prises de position hâtives qui ne font que renforcer la discorde et approfondir les divergences ».

Le communiqué rapporte, par ailleurs, que « Sa Majesté le Roi a, ainsi, appelé l’ensemble des parties à faire preuve de retenue et de sagesse afin de faire baisser la tension, dépasser cette crise et régler définitivement les causes qui y ont conduit, conformément à l’esprit qui a toujours prévalu au sein du CCG ».

Une "neutralité constructive" et un rôle de "médiation"

« Le Royaume du Maroc, fortement lié aux pays du Golfe dans tous les domaines, mais suffisamment éloigné géographiquement, se sent intimement concerné par cette crise, sans y être directement impliqué. Le Royaume privilégie une neutralité constructive, qui ne saurait le confiner à l’observation passive d’une escalade inquiétante entre des pays frères », affirme le communiqué. 

« Aussi, et si les parties le souhaitent, le Royaume du Maroc est disposé à offrir ses bons offices en vue favoriser un dialogue franc et global, sur la base de la non-ingérence dans les affaires intérieures, la lutte contre l’extrémisme religieux, la clarté dans les positions et la loyauté dans les engagements », poursuit le document.

« Le Royaume du Maroc forme le vœu que ce mois sacré de Ramadan puisse inspirer à tous l’esprit de solidarité et de concorde nécessaire pour dépasser les désaccords actuels, afin que le CCG demeure un modèle de coordination régionale et un moteur de l’action arabe commune », conclut le communiqué.