Des têtes pourraient tomber pour plus de 20 présidents de commune

5437685854_d630fceaff_b-
406
Partager :

Plusieurs présidents de commune risquent d’être démis de leurs fonctions prochainement. Pour cause, ils sont soupçonnés de malversations dans la gestion locale

Selon Assabah, une source proche d’Abdelouafi Laftit a déclaré que des « têtes devraient tomber » bientôt.

Les mis en cause seront suspendus de leurs fonctions en attendant que la justice fasse son travail. La source citée par Assabah a fait savoir que plus de 20 présidents de commune, issus de la majorité et de l’opposition, seront concernés par cette mesure.

Le journal indique aussi que Laftit a donné son feu vert à plusieurs walis et gouverneurs pour remettre les dossiers de tous les présidents accusés de dépassements aux tribunaux administratifs en attendant qu’ils répondent de leurs crimes financiers. 

Mohamed Adal, président du conseil communal de Mrirt et membre de la fédération royale marocaine de football, a déjà été destitué, même si selon Assabah, sa mise à l’écart serait une affaire politique puisque Adal avait signalé, devant El Othmani, le gouverneur de Khenifra.  

Le président du conseil communal de Sidi Yahya El Gharb (un PJDiste) serait également concerné. Son dossier a été fourni par le gouverneur de Sidi Slimane. Il y a également Mohamed Idaâmar, maire de Tétouan qui pourrait être poursuivi pour des crimes financiers.

Assabah estime que beaucoup d’autres têtes pourraient tomber à ce rythme surtout que le ministère de l’intérieur envisage de démultiplier ses missions de contrôle durant l’année 2018.