Edition : Des mémoires qui promettent

5437685854_d630fceaff_b-
990
Partager :

« Serviteur du Roi » c’est le titre qu’a choisi Seddik Maaninou  pour le tome cinq de ses souvenirs-mémoires intitulé «Ayam zamane. L’épisode couvre la période allant  de 1990 à 1995.

Les profonds changements en termes politique, structurel et organisationnel intervenus au cours de cette période, si fertile en rebondissements, feront probablement date dans l'histoire du Maroc moderne, écrit celui qui a terminé sa carrière comme serviteur de l’Etat comme secrétaire général de ministère de la Communication dont s’était emparé Driss Basri en 1985 pour l’adjoindre à sa gibecière de tout puissant ministre de l’Intérieur.    

S. Maâninou, journaliste de talent, pendant longtemps présentateur et commentateur vedette de la TVM avant de devenir son  directeur de l’Information puis directeur de l’Informa, au ministère de la Communication, a côtoyé le pouvoir dès sa tendre enfance puisqu’il est le fils de Haj Ahmed Maâninou, l’une des figures du nationalisme marocain.

1990-1995,  c'est à cette époque, écrit-il dans la quatrième de couv,que le roi Hassan II avait annoncé la création du «conseil national des droits de l’Homme » qu’il a conforté en approuvant l'ensemble de ses recommandations.

« C'est d'ailleurs sous cet angle d'attaque que le Maroc a dû subir d'interminables assauts de certaines organisations internationales.

« Le souverain, à cette même époque, a amendé la Constitution (1992), a œuvré en faveur de la reformulation de certains textes de l'arsenal législatif et réglementaire du Maroc, a organisé des élections législatives, a fermé les lieux de détention secrets et a gracié les détenus politiques.

« Durant cette période, la maladie de Hassan II a été confirmée et a eu indéniablement un impact sur sa vie, et par voie de conséquence sur l'ensemble de ses activités, pour autant, il n'a pas cédé à une quelconque résignation et a  poursuivi son action pour assainir le climat politique, dans un contexte marqué de troubles sociaux quasi permanents et une crise économique aigue.

« Dans cette suite d'évènements se succédant, les uns aux autres, le ministère de la communication et les médias officiels seront soudainement rattachés au département de l’intérieur, qui allait se métamorphoser progressivement pour se positionner comme étant «Oum al Wizarate », «Mère des ministères ».  

Dans ce tome qui sortira le 8 novembre 2018, S. Maâninou promet  revient sur l'enfance et la jeunesse du ministre Basri, ainsi que sur son parcours pour accéder aux plus hautes fonctions.

« Je relaterai sa méthode de travail, les secrets de sa puissance, les moyens mis à profit pour asseoir sa domination et en aiguiller les retombées, ainsi que sa parfaite maitrise de la technique de «la carotte ou le bâton » précise l’auteur.

Pour la première fois, précise-t-il « je dévoilerai les non-dits des coulisses du puissant ministre, ses relations avec les partis politiques et les méthodes par  lesquelles il a pu infiltrer leurs rangs.

L’auteur dédie au personnage une centaine de pages à un homme, qui a joué un rôle primordial, au cours des dernières décennies du siècle dernier, et promet de « révéler « qui est Driss Basri, quelles sont les secrets de sa puissance, de sa longévité au pouvoir et enfin de sa chute.