El Mahdaoui : ils veulent que je me taise que je fasse une chaîne comme Nini

5437685854_d630fceaff_b-
600
Partager :

La reprise du procès des 54 détenus dans les événements d’Al Hoceima ne s’est pas passée dans le calme et la tranquillité. Pour cause, le journaliste Hamid El Mahdaoui n’a pas arrêté de crier pour clamer son innocence, troublant ainsi l’audience au point que le juge Ali Torchi l’a menacé de l’expulser s’il ne se taisait pas

Hamid El Mahdaoui continue d’affirmer qu’il est jugé parce qu’il est un « journaliste intègre ». « Ils voudraient que je me taise, que je n’écrive plus d’articles. Que je fasse une chaîne de télé comme Nini », déclare-t-il. Le prévenu a également tenu à exprimer sa « solidarité » à Taoufiq Bouachrine, également en prison suite à une plainte pour diffamation déposée par deux Akhannouch et Boussaid.

Rappelons que Hamid El Mahdaoui est le seul, parmi les personnes poursuivies dans les événements d’Al Hoceima, à répondre du délit de non révélation d’un crime portant atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat.    

Cette accusation trouve sa source dans des appels téléphoniques avec un certain Ibrahim Bouazzati où ce dernier évoque un coffre chargé d’armes destiné à un usage pas pacifique à Al Hoceima.

Pour sa défense, El Mahdaoui affirme devant le juge qu’il n’avait pas pris au sérieux les propos de Bouazzati et ajoute que les parties interceptées des appels ont été tronquées. Par ailleurs il a également relevé que la mise à l’écoute devait suivre une procédure acheminée par voie diplomatique dans la mesure où Bouazzati l’appelait via un numéro de la Hollande.

Cependant, une avocate de la défense a fait savoir que ce dernier a nié avoir eu un contact téléphonique avec le journaliste. Elle a également déclaré qu’elle détenait d’un CD contenant les déclarations de Bouazzati. Ce dernier étant absent et faisant l’objet d’un avis de recherche, le parquet et la défense avaient demandé que les échanges téléphoniques soient diffusés lors de l’audience. Ce que le président a refusé.

L’avocat d’El Mahdaoui, Mohamed Ziane a alors déclaré : « je note avec soulagement l’abandon, par le Cour, de ce moyen de preuve » avant de se faire recadrer par son client qui a lancé : « NON A SSI Ziane, l’enregistrement m’est favorable ».

Par ailleurs, El Mahdaoui a également lancé qu’il allait poursuivre en justice l’ambassadeur et le roi des Pays-Bas qu’il accuse de connivence avec une partie qu’il ne précise pas.  

« Comment se fait-il que le gouvernement hollandais n’a à aucun moment réagi au propos d’un individu résident au Pays-Bas, et qui me confirme l’achat d’armes et de chars dans l’optique de les introduire au Maroc ? », a-t-il demandé.