Enseignement: El Othmani nous prend pour des demeurés

5437685854_d630fceaff_b-
1852
Partager :

Faire payer l’enseignement aux riches? Une idiotie! Car seules les classes moyennes basses, qui vivent sur le crête, envoient leurs enfants à la faculté qui est deconsiderée par le reste de la société. Les riches ont le choix entre les affaires, les écoles étrangères et le privé marocain

Le chef de service, pardon, du gouvernement, nie "toute atteinte à la gratuité de l'enseignement", il précise :"seules les familles aisées paieront les frais d'inscription à la faculté". Ou il est fou, illettré, ou il nous prend pour des idiots. Si l'on demande aux gens aisés de payer on n'est plus dans la gratuité, qui était un acquis. D'ailleurs, si l'on prend la définition du HCP des classes moyennes, c’est à dire à partir de 3000 dhs mensuels, les facultés seront désertes puisque les couches les plus basses arrivent rarement au baccalauréat.

Je peux faire dans la démagogie en citant le hadith qui exclut le menteur de la communauté musulmane, et ce fkih-psychiatre, ment ehontément. Mais l'éducation est trop importante à mes yeux pour me livrer à cet exercice facile.

Quand l'UNEM dirigée par des gens de gauche totalement inamicaux vis-à-vis des bourgeois a arraché la généralisation des bourses, c'était dans le cadre d'une vision sociétale. Même le jeune fils d'un rentier a le droit de s'emanciper de la tutelle de sa famille, de ne plus en dépendre financièrement, de choisir sa voie. C'était révolutionnaire et Hassan II en a tenu compte face à la mobilisation estudiantine, malgré une répression féroce.

Le jeune issu d'une famille aisée dépendra du bon vouloir de son père, non seulement pour son logement, sa nourriture, ce que la bourse assurait, mais aussi pour son inscription, son droit à la connaissance. Et si le père estime que ces fonds sont une perte d'argent et que son fils ferait mieux de l'aider dans son commerce l’étudiant se trouvera sans resources. l'Etat se désengage de cette problématique et lie le sort des jeunes bachelier à la volonté de leurs parents, un moyen de les plonger dans l'immaturité.

C'est d'autant plus idiot que seules les classes moyennes basses, qui vivent sur le crête, envoient leurs enfants à la faculté qui est deconsiderée par le reste de la société. Les riches ont le choix entre les affaires, les écoles étrangères et le privé marocain.

On nous explique qu'il faut trouver les moyens financiers pour l'enseignement public. C'est une vérité utilisée au profit d'une imposture. Le problème c'est que l'on n’a pas défini ce que l'on veut de l’école, qu'on ne sait pas quel contenu on veut mettre dans le transmission du savoir, comment sortir du calamiteux profil des pseudos enseignants, ce n'est qu'après que la question du financement aura sa pertinence.

Payer pour envoyer son enfant à la fac, quand on sait que les diplômes s'achètent et qu'ils aboutissent au chômage est irrationnel.

Si le PJD d'El Othmani décide de se coucher devant l'ultraliberalisme, c'est son affaire, Mais qu'il l'assume. Nous dire que seuls les riches vont payer et que donc la gratuité n'est pas remise en cause c'est nous prendre pour des demeurés.

Qu'il profite du statut que ses maîtres lui ont accordé pour s'enrichir, et qu'il nous laisse en paix, en nous montrant au moins du respect.