Extrême droite en Europe, gouvernement, grève de étudiants, Palestine ; les inquiétudes de Damir

5437685854_d630fceaff_b-
304
Partager :

Le faible niveau de l’investissement privé, de la création d’entreprises et d’emplois et de la distribution des crédits bancaires, inquiètent au moment où les actifs financiers déposés dans les établissements bancaires ou placés sous gestion collective battent tous les records

« Le Mouvement Damir constate avec regret et inquiétude la montée vertigineuse des partis populistes et d'extrême droite en Europe, qui se sont vus renforcer ou conforter à l’occasion des élections européennes de mai 2019, caractérisées par une forte participation », déclare le Mouvement Damir à l’issue de sa réunion ordinaire aux cours de laquelle il a passé en revue les sujets brûlant de l’heure. Le montée de l’extrême droite « est constaté notamment en France avec le Rassemblement national arrivé en tête avec 23,31% des suffrages, en Hongrie où le parti souverainiste Fidesz a enregistré une victoire écrasante avec 52,14% des voix ou encore en Italie où la formation politique d’extrême droite, La Ligue, arrive largement en tête avec 32,4% des voix » relève encore le mouvement. Ce phénomène, ajoute-t-il, est aussi observé dans d’autres pays européens, comme l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, les Pays-Bas ou la Finlande. »  Face à ce péril extrémiste, Le Mouvement Damir « exhorte le gouvernement marocain à redoubler de vigilance et à faire preuve d’une exigence sans faille, tant dans sa relation avec les instances de l’Union européenne, Commission de Bruxelles et Parlement européen inclus, que dans ses relations bilatérales avec les pays européens, pour que les droits de nos concitoyens résidant dans ces pays soient sauvegardés et que leur dignité soit respectée. Le gouvernement marocain ne doit pas hésiter à rappeler à ses interlocuteurs européens que la communauté marocaine vit paisiblement en Europe depuis plusieurs générations et que, par son intégration réussie, elle contribue significativement à la prospérité économique et culturelle des pays d’accueil. »

L’attentisme du gouvernement 

Au plan intérieur, Le Mouvement Damir « observe avec consternation le niveau d’attentisme qui caractérise tant l’action du gouvernement, empêtré dans ses contradictions internes, qu’il s’agisse des fonctions relevant de ses prérogatives que de l’harmonie des formations politiques qui le composent. » Le Mouvement Damir note « aussi avec inquiétude le faible niveau de l’investissement privé, de la création d’entreprises et d’emplois et de la distribution des crédits bancaires, au moment où les actifs financiers déposés dans les établissements bancaires ou placés sous gestion collective battent tous les records. » Le Mouvement Damir regrette également « l'attitude passive du gouvernement face à la faillite retentissante de l'unique raffineur de pétrole au Maroc, La Samir, et au déséquilibre flagrant constaté dans le secteur des hydrocarbures où quelques opérateurs omnipuissants ont pu réaliser un enrichissement sans cause de l'ordre de 17 milliards de dirhams en l'espace de deux années seulement. Cette situation politique et économique est de nature à aggraver le malaise social ambiant et à produire du désespoir pour les centaines de milliers de jeunes diplômés qui arrivent chaque année sur le marché du travail. Le Mouvement Damir appelle à une remise en cause radicale des pratiques politiques de notre pays, comme à une transformation de son modèle de développement en vue de déconstruire l’économie de la rente, de produire davantage de richesses matérielles et immatérielles et de les redistribuer de façon équitable entre les citoyens et les agents économiques. »

La grève des étudiants en Médecine

Examinant la question des mouvements sociaux et leurs retombées, Le Mouvement Damir « a enregistré avec tristesse et peine le décès de Monsieur Abdellah Hajili lors d’un rassemblement des enseignants contractuels à Rabat, après qu’il fût transporté à l’hôpital où il rendit l’âme peu de temps après. Le Mouvement Damir demande à ce sujet que les conclusions de l’enquête en cours soient publiées dès son achèvement, avec l’application des sanctions prévues par la loi à l’encontre de toute responsabilité avérée à quelque niveau que ce soit.  Par ailleurs, Le Mouvement Dami rappelle le gouvernement à interagir positivement avec le mouvement protestataire conduit par les étudiants en médecine au Maroc afin d’éviter une année universitaire blanche, d’autant plus que les attentes de ce mouvement, comme l’a montré sa marche du 30 mai dernier vers le Parlement, sont tout à fait réalisables. […] »

Décès du militant algérien Fekhar

Le Mouvement Damir indique avoir suivi aussi de près, en Algérie, « les conditions du décès du remarquable militant algérien des droits de l’Homme et prisonnier d’opinion, Kamaleddine Fekhar, suite à plus de 50 jours d’une grève de la faim à l’intérieur de la prison et après une longue lutte contre la maladie. Le Mouvement Damir considère comme légitime la contestation du mouvement algérien des droits de l’Homme, ainsi que sa demande d’ouverture d’une enquête immédiate pour apporter toute la lumière sur les circonstances du décès du défunt militant et présenter devant la justice toute personne ayant une responsabilité dans cette affaire. »

Méfiance à l’égard du « deal du siècle »

Le Mouvement Damir souligne suivre depuis un certain temps les manœuvres en cours autour de ce qu’on appelle « le deal du siècle ». Il estime que ce n’est autre « qu’un nouvel épisode d’une longue série formant la stratégie initiée depuis des décennies par le colonialisme, le sionisme et les puissances mondiales pour porter atteinte aux droits du peuple palestinien, consacrer l’existence de l’entité sioniste, semer le communautarisme parmi les peuples de la région, spolier les palestiniens de leur terre comme de leur droit au retour et à la création d’un Etat indépendant avec comme capitale Al Qods. » Le mouvement appelle en conséquence « la méfiance et impose le plus haut degré de vigilance sont les manœuvres enregistrées dans la région arabe à ce sujet, faisant de nombreux pays de l’Orient de véritables promoteurs de ce projet qu’ils légitiment auprès de l’opinion publique. » Le Mouvement Damir précise ne pas avoir « le moindre doute que le Maroc saura résister aux pressions et négociations, en toute loyauté aux nombreux martyrs qui se succèdent sur le mur du nouvel apartheid en Palestine et qui incarne aujourd’hui une reniement et un recul même à l’égard de la solution des deux Etats. »

Enfin, Le Mouvement Damir porte à la connaissance « de ses sympathisants que, au moment où il s’emploie à élaborer les dernières touches de ses propositions au sujet du nouveau modèle de développement de notre pays, il a décidé d’organiser la quatrième édition de sa série de colloques scientifiques en partenariat avec la fondation Friedrich-Naumann et la Bibliothèque nationale les 4 et 5 juillet prochain sous le thème « Les libertés individuelles entre les mutations sociétales et le référentiel religieux », qui connaîtra la participation de nombre de chercheurs et de militants de la société civile du Maroc et de l’étranger. »