Guéguerre au sein de la majorité gouvernementale

5437685854_d630fceaff_b-
613
Partager :

La majorité gouvernementale traverse une véritable crise, due surtout, aux attaques de Khalid Boukrai, député PJDiste, contre le RNI et l’UC

Le quotidien Assabah a noté que le RNI et l’UC ont du mal à supporter les attaques du PJD contre leurs membres et leurs directions, avant d’ajouter que la situation pourrait empirer et conduire à une dislocation de la coalition gouvernementale. Le journal a également avancé que le chef de gouvernement, Saad Eddine El Othmani n’arrive pas à stopper les sorties des membres de son parti ni à mettre un terme aux attaques de ses parlementaires contre le RNI.  

Ainsi, le RNI et l’UC ont décidé de riposter aux attaques (en créant le groupe Rassemblement Constitutionnel), notamment à celles de Khalid Boukrai qui a accusé les deux partis de manigances, d’hégémonie sur la majorité et de contrôle de la scène politique, en gros de « tahakkoum ».  Boukrai les a également accusés d’avoir tenté d’affaiblir le PJD et d’avoir « évincé Benkirane en s’alliant avec le MP et l’USFP ». 

Par ailleurs, le patron de la jeunesse a accusé le groupe du RNI et de l’UC de répliquer au Maroc ce que faisait Ben Ali en Tunisie. La raison pour Boukrai ? Le nom du groupe parlementaire “Rassemblement Constitutionnel” qui a le même nom que le parti de Ben Ali en Tunisie.

Assabah a également indiqué que le Rassemblement Constitutionnel a reproché à Yatim d’avoir renoncé à ses convictions de syndicaliste après sa nomination comme ministre de l’emploi. Il a, par la même occasion, rappelé les discours de militant enflammés de Yatim, qui a rétorqué en disant qu’il était étonné de voir des gens qui exploitent les ouvriers à longueur de journée parler de militantisme.