L’Arabie Saoudite et le Qatar se serrent les coudes pour défendre la marocanité du Sahara

5437685854_d630fceaff_b-
606
Partager :

Les représentants du Qatar et de l’Arabie Saoudite ont défendu, côte à côte, la marocanité du Sahara, au sein de la quatrième commission de l’ONU

L’Arabie Saoudite a réitéré son soutien à l’initiative d’autonomie présentée par le Maroc pour résoudre le conflit du Sahara, renouvelant aussi son appui aux intérêts suprêmes et à la souveraineté du royaume.

La représentante de l’Arabie Saoudite, Manal Radouan a, rappelé la déclaration de Riyad, adoptée lors du sommet Maroc-CCG (Conseil de Coopération du Golfe), tenu en avril 2016, "qui a renouvelé la position de principe des pays du CCG soutenant la position du royaume du Maroc, et appuyant l’initiative marocaine qui offre un statut d’autonomie au Sahara". 

Il s’agit, a souligné la diplomate, d’une “initiative constructive visant à parvenir à une solution mutuellement acceptable” au conflit artificiel autour du Sahara marocain.

L’autonomie, a-t-elle soutenu, est une “solution de compromis, conforme au droit international, à la charte des Nations Unies et aux résolutions du conseil de sécurité et de l’assemblée générale, tout en répondant au droit à l’autodétermination”.

L’Arabie Saoudite a, en outre, salué la coordination du Maroc avec les instances onusiennes des droits de l’Homme, ainsi que les efforts du royaume en matière de développement socio-économique du Sahara, et appelé “toutes les parties concernées à privilégier le dialogue et l’ouverture sur les idées novatrices afin de parvenir à une solution politique négociée” au conflit.

La diplomate saoudienne a souligné le refus de son pays de “tout acte portant atteinte aux intérêts suprêmes du Maroc et à sa souveraineté”, affirmant, par ailleurs, que “le règlement définitif de ce différend est primordial pour la sécurité et la stabilité dans le Sahel, en proie à une multitude de dangers sécuritaires”. 

Quant au Qatar, il a également réaffirmé son soutien à l’initiative marocaine d’autonomie comme base de solution à la question du Sahara.

"Le Qatar a toujours prôné le règlement des différends à travers le dialogue et la coopération constructive entre les parties et avec les Nations Unies, et nous estimons qu’il s’agit là de la voie idéale pour trouver une solution politique définitive et consensuelle à la question du Sahara", a déclaré Abderahmane Yacoub Al Hamadi, le représentant permanent adjoint du Qatar à l’ONU.

"De ce fait, nous saluons les efforts visant à trouver une solution à cette question dans le cadre du processus politique entamé en 2007 sous les auspices du secrétaire général et de son envoyé personnel visant à mettre en œuvre les résolutions du conseil de sécurité pertinentes, notamment la résolution 2351 de 2017, en veillant à garantir la souveraineté du royaume du Maroc", a-t-il souligné.

Le représentant qatari a tenu à rappeler, à cet égard, le communiqué ayant sanctionné le sommet des pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) et du Maroc, dans lequel les leaders des pays du CCG ont réaffirmé leur soutien à la proposition d’autonomie présentée par le Maroc en tant qu’initiative constructive et base de solution à ce différend régional.

L’aboutissement à une solution politique à ce différend qui n’a que trop duré, a-t-il relevé, aura des retombées positives sur le renforcement de la coopération entre les pays de cette région importante et la réalisation de la stabilité et de la sécurité de la région en général.