L'émancipation politique, l'exigence démocratique

5437685854_d630fceaff_b-
849
Partager :

Construire l'émancipation politique c'est refuser le naufrage des partis démocratiques et rester vigilant face aux appels des merles moqueurs et des cassandres annonciateurs de malheurs

Il est difficile de comprendre que les partis représentés au gouvernement se soient contraint  de se réunir pour prendre la décision de condamner collectivement et individuellement l'insoutenable désobéissance civile dans la région d'Al Hoceima.

Un tel comportement induit le doute et la confusion quant à la solidarité gouvernementale et met à mal l'autorité de son chef surtout lorsqu'il s'agit de prendre des décisions d'envergure. Il  souligne également les transformations opérées depuis quelques années, visant plus à assurer le contrôle des partis par leurs leaders plutôt que de créer les conditions aux fins de répondre aux attentes d'une société émergente exigeante. L'espoir né depuis que le Maroc de la performance économique et financière a entamé de gravir les marches du développement et du rayonnement tant national que continental, l'arrivée aux commandes de nouveaux leaders  politiques ne s'est malheureusement pas vérifiée dans la même perspective. Aucun n'a pris la mesure de la gravité de la situation.

Les citadelles, prises d'assaut par les nouveaux promus, loin de se soucier des creusets  militants de base préfèrent les ruptures les purges et les éliminations au dialogue et à la concertation.

Chacun s'en est allé reconduire les vomissures habituelles d'atteintes aux fondamentaux de notre vouloir vivre ensemble, d'intelligence avec l'étranger...sans vraiment revenir à de meilleurs sentiments à l'égard d'une population meurtrie. Comment on est-on arrivé à un tel désarroi ! Et où vas-t-on chercher à l'unisson cette chorale d'injures et d'humiliations proférées à l'égard des laissés pour compte du Rif et d'ailleurs. Les décideurs de partis ne sont-ils plus que des fonctionnaires aux ordres répertoriés dans les cycles et hiérarchies des administrations territoriales et sécuritaires ?

Il n'appartient pas aux partis politiques de faire la courte échelle pour valider les déficits d'autorité ni de pallier les improvisations et autres légèretés de responsables dans un pays aux sensibilités et subtilités plurielles et combien délicates. Au contraire c'est dans le vouloir vivre en commun que doit se vérifier le comportement quotidien des partis à l'échelle nationale et surtout à l'échelle régionale et locale où les attentes sont plus grandes et les besoins plus urgents parce que plus spécifiques. C'est dans l'épaisseur de ses dirigeants qu'on se doit d'atteindre la transcendance nécessaire pour assurer et préserver l'autonomie et l'avenir de ceux que la constitution a désignée pour concourir à l'organisation et à la représentation nationale.

L'interventionnisme autoritaire de la loi sur les partis politiques semble avoir inversé les programmes d'exigences démocratiques et des besoins de développement pédagogique. L'échec de la recomposition du paysage politique et l'émiettement des partis n'est que l'autre face d'un rendez-vous raté. Construire l'émancipation politique c'est refuser le naufrage des partis démocratiques et rester vigilant face aux appels des merles moqueurs et des cassandres annonciateurs de malheurs.