L'ODT appelle à la création d'un conseil supérieur pour le dialogue social institutionnel

5437685854_d630fceaff_b-
313
Partager :

L'Organisation démocratique du travail (ODT) a appelé, mercredi 1er mai à Rabat, à la création d'un conseil supérieur pour le dialogue social institutionnel et la mise en œuvre de l'article 8 de la constitution relative à la loi sur les syndicats ouvriers.

Selon le secrétaire général de l'ODT, Ali Lotfi, l'Organisation estime que la réalisation des défis de développement durable nécessite un nouveau contrat social dans le cadre d'un nouveau modèle de développement, visant à créer des opportunités d'emploi à même d'assurer une vie décente aux citoyens.

Intervenant lors d'un meeting à l'occasion de la fête du travail, il a souligné la nécessité de mettre en place des réseaux de sécurité sociale et de couverture médicale universelle pour tous et d'instaurer la justice sociale et l'égalité, appelant à revoir les politiques économiques et sociales et les régimes y afférents, à mettre en œuvre et financer le dispositif régional et à promouvoir l'investissement national.

Il a, par la même occasion, mis en avant l'importance d'appuyer l'école et la santé publiques et la gratuité de ces deux services, de consolider l’État des institutions et de placer le dossier de l'emploi parmi les priorités, surtout pour les diplômés, appelant à une révision radicale du statut des fonctionnaires du ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle, tout en intégrant l'ensemble des enseignants contractuels dans le même régime. 

S'agissant de l'accord social conclu entre le gouvernement, la Confédération générale des entreprises du Maroc et les centrales syndicales les plus représentatives, M. Lotfi a exprimé le "rejet par l'Organisation de l'accord et l'offre gouvernementale maigre", affirmant que cet accord est "une sous-estimation de la classe ouvrière marocaine et un mépris de ses droits" et qu'il "n'apporte pas une vraie réponse aux revendications de plusieurs catégories professionnelles en quête d'amélioration de leur revenu et de révision de leur statut".

La célébration de la fête du travail cette année intervient dans un contexte marqué par l'accord social, couronnant une série de rencontres dans le cadre du dialogue social et qui est à même, selon le gouvernement, de contribuer à l'instauration des bases de la paix sociale, à l'amélioration des conditions sociales au Maroc et au renforcement de l'économie nationale, à travers un climat économique et social sain.

1er mai à Laâyoune: La classe ouvrière appelle à la préservation de ses acquis et droits
           
Les représentants des principales centrales syndicales à Laâyoune ont appelé, mercredi à l'occasion de la célébration de la Fête du travail, à la préservation des acquis et droits de la classe ouvrière, soulignant la nécessité de satisfaire ses revendications et de combler les déficits dans le domaine social.

Ainsi, les sections de l'Union marocaine du travail (UMT), de l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), de la Confédération démocratique du travail (CDT) et de l'Organisation démocratique du travail (ODT) ont relevé l’impératif de conjuguer les efforts en vue de trouver des solutions réalistes aux revendications légitimes des salariés.

Elles ont aussi mis l’accent sur l’importance de favoriser l’institutionnalisation et la poursuite du dialogue social, le renforcement de la cohésion sociale et le respect du droit à la grève, outre la consolidation des réformes pour asseoir une justice sociale plus équitable et réduire les disparités sociales et spatiales, tout en fustigeant la violation des droits syndicaux.

Dans ce cadre, les participants aux défilés du 1er Mai ont scandé des slogans plaidant pour l'amélioration des conditions de travail et la garantie du service public dans les domaines de l'enseignement, de la santé, de l'habitat et de l'emploi.

Ils ont également appelé à prendre des mesures concrètes pour la lutte contre le chômage, la préservation du pouvoir d’achat des citoyens et l'élargissement de la couverture médicale.

Tandis que certains représentants de la classe ouvrière ont estimé que les résultats de l'accord du 25 avril 2019, signé entre le gouvernement et des syndicats, restent peu satisfaisants, d’autres ont indiqué que ce document constitue un point de départ pour augmenter les revenus des employés et rétablir la confiance entre les parties prenantes.

Par ailleurs, la classe ouvrière de Laâyoune a saisi cette occasion pour réitérer sa mobilisation constante derrière le Roi Mohammed VI pour la défense de l’unité du Royaume et son intégrité territoriale contre les manœuvres et les provocations des adversaires, relevant que l’initiative d’autonomie constitue l'unique solution réaliste et crédible pour clore définitivement le différend artificiel du Sahara marocain.