La ministre malienne de l’élevage et de la pêche rencontre Akhannouch

5437685854_d630fceaff_b-
369
Partager :

La consolidation de la coopération dans le domaine de l’élevage et l’amélioration génétique des races bovines ont été au centre d'entretiens, ce jeudi 8 mars à Rabat, entre le ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch, et la ministre malienne de l’élevage et de la pêche, Kané Rokia Maguiraga, dans le cadre de la visite de travail qu'effectue au Maroc une délégation ministérielle conduite par le premier ministre malien

Lors de cette rencontre, les deux parties ont examiné l'état d'avancement de la mise en œuvre du Protocole d'Accord de coopération, signé en février 2014, à l'occasion de la visite du roi Mohammed VI au Mali, portant sur le domaine de l’élevage et l’amélioration génétique bovine, notamment le don de 125 000 doses de semences bovines remis aux éleveurs maliens avec le matériel technique, l’approvisionnement du Mali en doses supplémentaires de races bovines à viande et la création d'un centre d'insémination au Mali avec l'appui du Maroc.

Les ministres ont également évoqué la formation de 22 inséminateurs maliens au Maroc et l'organisation de 11 journées de sensibilisation au Mali en faveur des éleveurs et techniciens, se félicitant de la naissance de plus de 10.000 veaux améliorés entre 2015 et 2017, dans le cadre du programme d’insémination artificielle.

En vertu de cet accord de coopération, les deux parties ont également rappelé la visite d’une délégation malienne à l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), en septembre 2017, durant laquelle la partie malienne a pris connaissance de l’organisation et des missions de cet organisme, tenu des séances de travail avec les directions centrales et régionales de l’Office et rencontré divers partenaires des Départements de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, ainsi que des associations de protection des consommateurs.

Les deux ministres se sont également mis d’accord sur la poursuite du programme d’insémination artificielle, de la formation de nouveaux formateurs aux métiers de la sécurité sanitaire, de la coopération dans le domaine de la transformation et de l’usinage du lait.

Ils ont convenu, à cette occasion, de prendre une série de mesures visant à étendre le programme de formation à certains métiers de boucherie et à développer l’aquaculture au profit des petits pisciculteurs maliens.