La politique de santé dans le Royaume : les explications d’El Otmani

5437685854_d630fceaff_b-
199
Partager :

RAMED, Amo, plan national de santé 2025 et bien d'autres axes ont mis en lumière lundi 27 mai par le chef du gouvernement dans le cadre des questions orales relatives à la politique de santé au Maroc.

En réponse à une question centrale sur "la politique de santé dans le Royaume", dans le cadre de la séance mensuelle consacrée aux questions orales relatives à la politique générale à la Chambre des représentants, M. El Otmani a relevé que ces dispositions se traduisent par le lancement effectif du chantier de l'élargissement de la couverture médicale en vue d'englober les catégories des professionnels, des travailleurs indépendants et des personnes non salariées exerçant une activité libérale, par le biais de l'adoption de la Loi n° 99-15 instituant ce régime et la promulgation des décrets d'application nécessaires, soulignant que le nombre total des bénéficiaires ciblés par cette couverture s'élève à 11 millions de personnes.  Il s'agit également de la généralisation du Régime d'assistance médicale (RAMED), a-t-il dit, ajoutant qu'une enveloppe budgétaire de 1,6 milliard de dirhams au titre de 2019 a été allouée à cette fin. 

Le Chef du gouvernement a noté dans ce sens la mise en application du système d'assurance maladie obligatoire (AMO) pour les étudiants avec la simplification des procédures en vue de les encourager à y adhérer. A fin janvier dernier, le nombre d'adhérents s'élève à 57.153 étudiants, a-t-il souligné.  Il s'agit également de la mise en application des mécanismes nécessaires pour garantir la bonne gestion du "Ramed" à travers la détermination de l'instance qui va assurer la gestion de ce système, de sorte à garantir la séparation des missions de financement de ce système d’assistance médicale avec la mission des services de santé, mais aussi l'amélioration du système d'information pour le suivi et la facturation des services de santé fournis dans les hôpitaux dans le cadre de l'assistance médicale. 

Le Chef du gouvernement a indiqué, en outre, qu'une opération de concertation a été initiée avec la catégorie des professionnels en vue de mettre en application la couverture médicale pour les travailleurs indépendants et les professions libérales, notant que les premières cartes d’adhésion seront disponibles au cours de cette année.  M. El Otmani a également fait savoir que le gouvernement oeuvre à la mise en application de la loi 63.13 relative à l'élargissement de la couverture médicale, ainsi qu'à la révision du rôle de l'Agence nationale de l'assurance maladie, la mise en place de la couverture médicale au profit des immigrés et leurs familles ainsi que les réfugiés en situations légale au Maroc et au renforcement de l'accès aux service de santé et l'amélioration de sa qualité. 

Dans le cadre de la mise en place du "plan national de Santé 2025", le gouvernement a adopté une série de mesures visant à fournir une prestation médicale de qualité et équitablement répartie à travers le renforcement des infrastructures d’accueil et l'humanisation des services, a-t-il ajouté. 

Le plan national pour la promotion du secteur de la santé à l'horizon 2025 vise à augmenter la capacité d’accueil au niveau des hôpitaux de 10.327 nouveaux lits à travers la réalisation de 63 nouveaux hôpitaux publics et l'agrandissement de 15 centres hospitaliers, a fait savoir M. El Otmani, soulignant que 13 nouveaux hôpitaux ont été réalisés (1.085 lits) alors que près de 5.807 lits sont en cours de réalisations. 

Au niveau de la poursuite du renforcement des prestations de santé dans le monde rural, M. El Otmani a relevé que le programme visant la diminution des disparités territoriales comprend 2.200 projets de construction, d'élargissement ou de réhabilitation de centres de santé et dispensaires ainsi que la construction de logements de fonction dans le monde rural au profit du personnel médical et paramédical, mais également l'acquisition d'ambulances et d'unités médicales mobiles. 

Il a relevé dans ce sens que la priorité est donnée au milieu rural notamment en ce qui concerne la création de nouveaux postes pour les cadres médicaux et paramédicaux ainsi que la mise en application du programme annuel des unités médicales mobiles visant à assurer plus de proximité en matière de prestation médicale au profit des habitants des zones éloignées, et ce d'une façon régulière.

S'agissant du plan d'accélération de la mise à niveau des urgences 2019-2021, M. El Otmani a fait savoir qu'il a été procédé à l'acquisition de 30 ambulances de type (A), remises aux Centres hospitaliers régionaux, outre 24 autres ambulances du même type ainsi que 60 ambulances de type (B).

Les postes budgétaires ont été accordés en priorité au soutien des services d'accueil des urgences à travers les ressources humaines, et ce en affectant 35 nouveaux techniciens au transport et aux secours médicaux, 100 infirmiers spécialisés en soins intensifs et urgences et 50 aide-soignants, a-t-il précisé, notant que les nouveaux médecins seront affectés au service d'accueil des urgences afin de pallier le manque dont souffre ce service. 

En outre, M. El Otmani a noté que le gouvernement a poursuivi ses efforts pour la prévention et le contrôle des maladies non transmissibles, notant que les réalisations concernant ces maladies durant l'année 2018 sont notamment la mise en place d'une charte nationale pour la prévention et la lutte contre les maladies non transmissibles et ce, dans le cadre de l'enquête nationale réalisée en 2018, la poursuite de la mise en oeuvre du Plan national de prévention et de contrôle du cancer à travers le développement du réseau hospitalier dédié au traitement du cancer, l'intégration et la mise en oeuvre du plan de diagnostic précoce des cancers les plus répandus (cancer du sein et du col de l'utérus) au sein des centres médicaux, outre l'élaboration du second plan décennal 2020-2029 de prévention et de contrôle du cancer qui vise à minimiser le fardeau du cancer et à réduire les décès qui en résultent.

Quant au renforcement des plans relatifs aux autres maladies non transmissibles, tels que le diabète et les maladies cardiovasculaires et l'importance de fournir les médicaments aux personnes atteintes de ces maladies au sein des établissements des soins de santé primaires, M. El Otmani a précisé que 980.000 personnes atteintes d'hypertension artérielle, 870.000 personnes atteintes de diabète, 10.359 personnes atteintes d'insuffisance rénale chronique et 200.000 autres atteintes de cancer ont bénéficié de la prise en charge gratuite du traitement, ajoutant que le Maroc a déployé des efforts considérables en termes de prévention et de lutte contre la propagation des maladies transmissibles, et ce grâce aux différents programmes de santé efficients ayant permis de contenir ces maladies, voire même d'en éradiquer certaines.

Concernant la baisse des prix des médicaments, le Chef du gouvernement a réaffirmé la poursuite de la mise en oeuvre de la politique pharmaceutique nationale visant à baisser les prix des médicaments afin que les citoyens puissent accéder aux médicaments et aux produits pharmaceutiques à des prix abordables, notamment les médicaments prescrits pour les maladies chroniques tels que l'hypertension artérielle, le diabète, les infections et les maladies de l'appareil digestif, en plus de quelques types de cancers, précisant que cette baisse a concerné plus de 3.600 médicaments et produits pharmaceutiques durant l'année 2018, outre les exonérations des taxes comprises dans la loi de finances 2019 qui ont permis de baisser le prix de 851 médicaments.

Par ailleurs, M. El Otmani a affirmé que le gouvernement est conscient des défis auxquels fait face le secteur de la santé et comprend les attentes légitimes des citoyens en termes de santé garantissant leur dignité et répondant à leurs besoins en la matière avec la qualité requise, relevant dans ce sens que malgré l'enveloppe budgétaire consacrée à ce secteur et l'amélioration des indicateurs dans le secteur de la santé au sein du Royaume, le gouvernement a placé la réforme du secteur de la santé parmi ses grandes priorités sociales lors de la deuxième période de la législature actuelle, notamment à travers l'accélération de la mise en place du plan national de santé 2025.